Fermer×

J’enseigne en Technologie de la géomatique au Cégep Limoilou. Certains cours du programme ont pour visée l’appropriation d’articles de loi ou de règlements. Or, si l’enseignant fait la lecture de ces articles de façon magistrale, ça donne des cours pénibles et ennuyants. Dans ce contexte, j’ai pensé miser sur la classe inversée. Je fournis du contenu interactif et dynamique aux étudiants et étudiantes, qu’ils et elles doivent étudier à la maison. Une fois en classe, les élèves sont plongés dans l’action.

2018: 1re expérience avec du soutien

En 2018, j’ai été libéré d’une partie de ma tâche d’enseignement dans le cadre d’un projet d’innovation technopédagogique. Pour ce projet, je travaillais en équipe avec Julie McCann, alors conseillère technopédagogique, et Mathieu Brisson, technicien multimédia. Le financement de ce projet était issu du ministère de l’Enseignement supérieur, dans le cadre du Plan d’action numérique.

Ce projet visait à développer des outils afin d’inverser 2 des séances du cours Analyse foncière.

Dans le cadre de ce cours, les élèves doivent s’approprier plusieurs articles de loi. J’ai déjà essayé de lire les articles de lois à l’avant de la classe pour les présenter aux élèves… Résultat: j’ai perdu leur attention après 10 minutes et, comme ils ne comprenaient pas la matière, ils n’arrivaient pas à faire correctement les devoirs ni à bien répondre aux questions d’examen.

La classe inversée semblait une solution à ce problème. Si les élèves pouvaient prendre connaissance des articles de loi à la maison, à leur rythme, le temps de classe pourrait être consacré à des activités permettant vraiment la maîtrise des concepts importants.

À l’époque, je n’avais jamais enseigné de façon «inversée». J’ai bénéficié de l’accompagnement de Julie McCann. Nous sommes partis de mes 78 diapositives PowerPoint et avons subdivisé la matière en 10 modules (5 pour chaque séance de cours de 2 heures).

Pour chaque module, j’ai enregistré des capsules audios d’environ 3 minutes où je présente la matière. Comme je prépare mon script, les explications me prennent beaucoup moins de temps qu’en classe: il n’y a pas d’hésitations, pas de répétitions. D’un autre côté, comme les élèves peuvent appuyer sur pause ou réécouter des parties, tout le monde y trouve son compte!

Quand j’ai commencé à enregistrer des capsules, je le faisais avec l’enregistreur vocal de Windows 10. Je me suis repris une vingtaine de fois pour enregistrer ma première capsule de 2 minutes sans bafouiller, ni tousser, ni renifler, ni être interrompu par la sonnerie de mon téléphone, etc. Ensuite, j’ai découvert le logiciel libre Audacity [en anglais]. J’ai appris à faire du montage pour couper des passages, à filtrer le son pour effacer le bruit de mon échangeur d’air, etc. Avec la pratique, c’est devenu de plus en plus facile d’enregistrer les capsules!

Julie et Mathieu ont sélectionné des images et des animations à superposer à ma voix, en guise de support visuel. Mathieu a fait le montage avec Moovly [en anglais] (un logiciel payant) et il a déposé les capsules sur YouTube.

L’une des premières capsules créées pour le cours

Mathieu a réuni les vidéos et de brefs textes que j’ai écrits pour chaque module à l’intérieur de 2 sites web qu’il a créé à l’aide du logiciel Rise 360 de Articulate [en anglais] (payant). Ce logiciel nous a également permis d’insérer sur les sites des questions autocorrigées (association, choix multiples, etc.), pour permettre aux étudiants et étudiantes de valider leur compréhension de la matière au fur et à mesure.

Vous pouvez voir les résultats:

Capture d'écran du haut de la page https://rise.articulate.com/share/gbgRf8P70MorJILukiTkZBCPeL9xFsQ2#/lessons/8wDxB-aTeVYacGLmJqJOM0kpNFp8FhH3

Aperçu d’une partie du site Analyse foncière, partie 1

Pour étudier le matériel lié à un module (regarder les vidéos, lire le texte et répondre aux questions), les élèves ont besoin de 30 à 40 minutes.

En classe avec les élèves

Je suis expert en géomatique, mais j’ai relativement peu de connaissances en pédagogie. En 2019, en présentant le projet de classe inversée à mes élèves, j’avais l’impression d’être l’un des derniers enseignants à utiliser cette stratégie dans ma classe. J’étais convaincu que mes élèves avaient déjà travaillé dans une approche de classe inversée dans d’autres cours. Or, ce n’était pas du tout le cas. C’était leur 1re expérience à eux aussi!

Avec le recul, je réalise que j’ai placé la barre trop haute au début. Je leur ai donné trop de contenu à assimiler à la maison (étant donné que c’était leur 1re expérience) et je n’ai pas insisté suffisamment sur l’importance de faire le travail. Résultat: seulement 25% des élèves ont fait le travail nécessaire avant le cours.

En classe, les étudiants et les étudiantes étaient censés faire individuellement un schéma conceptuel pour synthétiser ce qu’ils et elles devaient avoir appris à la maison. Ce plan n’a pas tenu la route… J’ai plutôt décidé de leur faire réaliser un schéma en équipe.  Les personnes qui étaient préparées étaient valorisées et étaient les leaders de leur équipe, alors que les autres tiraient une leçon de leur manque de préparation.

Après, je leur ai expliqué comment le cours se donnait avant. Je leur ai expliqué à quel point c’était ennuyant de lire des articles de lois en groupe. J’ai insisté sur le temps que j’avais passé à préparer cette « belle classe inversée » et sur ma déception devant le faible taux de participation.

La semaine d’après, ma classe était prête à 100%. Cette fois-là, j’ai pu apprécier le potentiel et les bienfaits d’une classe inversée qui fonctionne!

Dans le cadre du projet d’innovation auquel je participais, j’avais publié, en 2019, 2 articles de blogue pour partager mon expérience:

J’ai répété l’activité chaque fois que j’ai redonné le cours, en préparant mieux les élèves à l’importance de faire les travaux préparatoires. Ça se passe très bien!

2021: Exploiter mes acquis

Ces dernières années, dans mon programme, le cours Aspects légaux liés au territoire est donné par Raphaël Fillion Gagné, qui travaille dans le domaine de la géomatique à temps plein et donne un seul cours (celui-là) au Cégep Limoilou.

Or, le cours Aspect légaux liés au territoire est sujet au même problème que mon cours Analyse foncière: il faut étudier de nombreux articles de lois, ce qui peut être assommant pour les élèves. J’ai donc proposé à mes collègues d’appliquer la même solution que dans mon cours: miser sur la classe inversée pour 2 séances du cours.

Raphaël était très intéressé, mais n’avait pas le temps ou les moyens de réaliser le projet lui-même. J’ai donc fait une demande à la direction pour pouvoir obtenir une petite libération de ma tâche afin de développer du matériel pour le cours de Raphaël. J’ai eu plusieurs rencontres avec lui pour qu’il me parle des besoins du cours et qu’on convienne ensemble du matériel à développer.

Depuis 2019, j’ai appris à travailler avec Adobe Premiere Pro (un logiciel payant). Ce logiciel me permet d’ajouter moi-même des visuels à mes capsules audios pour les transformer en vidéos et faire du montage. Je suis donc beaucoup plus autonome pour la création de matériel pédagogique pour la classe inversée.

Cette fois-ci, j’ai préparé tout le matériel moi-même et dessiné une maquette pour montrer à Mathieu Brisson comment je voulais qu’il monte les éléments dans le site web. Ça n’a pris que quelques minutes à Mathieu pour concrétiser tout ça dans Rise 360.

Je suis vraiment satisfait des résultats (plus encore que des sites pour le cours Analyse foncière)!

Capture d'écran du haut de la page https://rise.articulate.com/share/WpKHwYwi7_naEd8qrJ6GmKOhLNHiRdFb#/lessons/kbQlu7da0GIz8wgV5n_qd_4fABmYp27S

Aperçu d’une partie du site Aspect légaux liés au territoire, partie 1

En classe avec les élèves de Raphaël

En classe, les élèves répondent à des questions sur Socrative. (Dans mon département, nous utilisons actuellement la version payante. Toutefois, nous ne savons pas si nous renouvellerons notre abonnement… À suivre!) Certaines des questions sont plus simples, d’autres plus complexes, comme dans les examens!

Des discussions de groupes sont également organisées.

Aussi, en équipe, les élèves doivent compléter un schéma de concepts fait avec la version payante de LucidChart [en anglais]. Chaque équipe fait un schéma sur un thème différent et le partage avec le groupe. Ensuite, chaque élève peut bâtir son propre schéma complet. Comme les élèves ont le droit de consulter leur schéma pendant l’examen (et que ça leur est très utile!), ils et elles sont très engagés dans ce travail.

Un pas à la fois

J’ai eu beaucoup de chance en participant à un projet d’innovation subventionné pour ma 1re expérience en pédagogie inversée. J’ai pu avoir une libération importante de ma charge d’enseignement et un soutien inestimable de la part d’une conseillère technopédagogique et d’un technicien multimédia. J’ai eu l’occasion de partir du bon pied et d’apprendre à bien faire les choses. Aujourd’hui, je suis beaucoup plus autonome… et meilleur! J’ai ainsi pu aider mon département en contribuant à améliorer un cours qui en avait besoin.

Dans mon programme, il reste un 3e cours qui traite de lois et de règlements. Ça me fait un projet pour l’avenir!

À propos de l'auteur

Daniel Normand

Daniel Normand enseigne en Technologie de la géomatique au Cégep Limoilou depuis 2016. Il est spécialisé dans les cours de la voie de sortie Arpentage et géodésie. Avant d’enseigner au cégep, il a travaillé pendant 4 ans comme arpenteur-géomètre après avoir obtenu une maîtrise en sciences appliquées et un baccalauréat en sciences géomatiques.

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Philippe Aubé
Philippe Aubé
22 novembre 2022 13h08

Très bel article. Il s’agit d’une belle appropriation d’outils dans une approche de classe inversée. Bravo Daniel et merci à toi et à l’équipe d’Éductive de nous avoir partagé l’expérience!