Fermer×
3 novembre 2014

L’impératif pédagogique et les nouvelles technologies

La pédagogie critique est une approche humaniste à l’éducation qui vise à former les étudiants en tant que penseurs critiques et agents de transformation sociale. Selon cette approche, les étudiants doivent être outillés afin de comprendre et d’analyser comment les nouveaux médias façonnent nos perspectives sur le monde, créer de nouveaux besoins, de nouvelles valeurs et s’imposent dans notre quotidien. Un chercheur en particulier, Douglas Kellner, offre d’excellents textes et entretiens audio sur le sujet.

Professeur à la faculté d’éducation et d’études de l’information à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), Kellner est aussi titulaire de la chaire de recherche en philosophie de l’éducation George F. Kneller. L’auteur a publié de nombreux livres sur des sujets variés liés à l’étude des médias, de la culture et de l’éducation. Deux de ses textes écrits avec Jeff Share, disponibles en ligne, sont d’un intérêt particulier pour ceux et celles qui voudraient ajouter un élément critique à l’intégration des nouvelles technologies dans leurs cours: « Critical Media Literacy is not an Option » et « Critical Media Literacy, Democracy and the Reconstruction of Education ».

L’éducation aux médias

Un des termes clefs de la pédagogie critique, une tradition avant tout anglaise et américaine, est « critical literacy ». Cette notion est sans équivalent adéquat en français. Elle signifie, plus généralement, la capacité de décoder le contexte dans lequel l’information circule, la relation parfois inégale entre l’émetteur et le receveur ainsi que l’idée, plus générale, que le médium est aussi le message.

Cette notion est de première importance pour Kellner et Share. Dans le contexte actuel où l’information sous toutes ses formes circule par une pluralité de médiums globaux et locaux, nous ne pouvons plus nous limiter à enseigner la seule communication par les lettres et les chiffres. Au-delà des compétences liées au seul usage des nouvelles technologies, les étudiants doivent apprendre à déchiffrer leur milieu autrement. De nouveaux outils d’analyse, de dissection et de décodage de l’information tenant compte des éléments mentionnés ci-haut doivent être proposés aux étudiants. C’est ce que propose la pédagogie critique. Le récit de Jonathan Mina sur l’intégration d’un jeu vidéo dans son cours au Collège LaSalle est un excellent exemple de réflexion critique sur les nouveaux médias accompagnant l’usage de ceux-ci en classe.

Approches critiques aux nouveaux médias

Kellner et Share proposent, dans « Critical Media Literacy, Democracy and the Reconstruction of Education », un survol de différentes approches critiques à l’éducation aux médias.

  • L’approche protectionniste se positionne en réaction aux nouveaux médias. Idéologique, cette approche est selon eux nuisible et réactionnaire. Les nouveaux médias existent et bien qu’ils soient parfois à l’origine de nouveaux troubles sociaux, ils nous offrent aussi de nouvelles possibilités pour faciliter l’éducation et le développement des étudiants.
  • L’approche artistique met l’emphase sur les éléments esthétiques et créatifs de l’analyse des médias. Cette approche a le mérite d’intégrer la culture populaire et l’usage des nouveaux médias à l’enseignement et à l’apprentissage, ce qui peut ensuite servir de tremplin pour la motivation étudiante.
  • Le « Media Literacy Movement » qui, aux États-Unis, tente de faire valoir l’importance d’inclure l’enseignement de nouvelles formes culturelles à l’école (musique, film, internet, etc.) afin d’élargir le champ de compétence des étudiants aux nouveaux médias. Cette approche décline la communication en 4 compétences essentielles : accéder au message, l’analyser, l’évaluer et le communiquer. Ces compétences ne sont pas sans rappeler les habiletés du Profil TIC des étudiants du collégial proposées par le réseau des répondantes et répondants TIC (REPTIC) et Cégep à Distance. Pour les enseignants québécois, l’intégration du Profil TIC est un excellent tremplin vers l’usage approfondie des nouveaux médias et un retour éclairé sur ces derniers.
  • L’approche critique aux médias proposée par Kellner et Share inclut des éléments des trois précédentes. Là où elle s’en distingue, est qu’elle vise à élargir l’analyse de l’information au contexte social dans lequel elle est produite et circule, les relations de pouvoir qui la sous-tendent ainsi que la réflexion critique sur la notion de divertissement. Sans ces éléments, les auteurs ne croient pas que l’enseignement puisse adéquatement former des étudiants qui deviendront à leur tour des citoyens avertis. Le défi de la pédagogie critique est d’éduquer jeunes et moins jeunes à réfléchir sur les usages et la bonne intégration des nouvelles technologies dans notre quotidien.

Pour en savoir plus…

Une constellation impressionnante de théoriciens et de penseurs, de Raymond Williams à Henry Giroux en passant par Paulo Freire et Ira Shor, ont contribués à la pédagogie critique depuis les années 1950. Initialement tournée vers l’étude critique et l’appropriation pédagogique de la radio, des journaux et de la télévision, la pédagogie critique s’intéresse surtout, depuis une vingtaine d’années, aux nouveaux médias. Vous trouverez gratuitement en ligne plusieurs des entretiens, articles scientifiques, capsules audio et vidéo de ces auteurs. De plus, si ces thèmes – pensée critique, étude des médias, analyse du message, etc. – vous intéressent, ils apparaissent en filigranes dans plusieurs récits et articles à Profweb. Pour en savoir plus, consultez, entre autres, notre article sur la philosophie et la technopédagogie. On peut aussi tirer profit des capsules TIC, résultat d’une collaboration entre le Cégep à distance et le Réseau des répondantes et répondants TIC (REPTIC).

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Alexandre Enkerli
Alexandre Enkerli
26 novembre 2014 19h23

Bien utile d’avoir de la documentation sur les nouvelles littératies. C’est vrai que le mouvement est très fort en milieu anglophone, mais c’est intéressant de le lier à des enjeux saillants en contexte francophone, y compris le Profil TIC. Dommage, par contre, qu’il y ait si peu de ressources en français.
Pour ce qui est des nouveaux médias, il y a pas mal de choses à faire avec la réappropriation des moyens de production (technologiques, au sens large, mais aussi conceptuels et même idéologiques). Certains croient qu’on a fait face à une démocratisation, chacun a l’équivalent de sa propre presse d’imprimerie. D’autres mettent l’accent sur des nouvelles fractures qui se créent, souvent tracées sur les fractures sociales ou numériques bien connues du milieu sociologique.
Il y aurait probablement des beaux projets à faire, pour des enseignants du collégial. Y compris en philosophie, en histoire, en français, etc. Bonne opportunité d’aider les étudiants à façonner leurs habiletés.