Fermer×
26 août 2022

ATOPOS: des ressources pour décoloniser la philosophie et explorer des conceptions marginalisées

Avec le soutien du Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD), nous avons conçu le projet ATOPOS, un site web qui propose des ressources éducatives pour le cours de philosophie L’être humain (340-102). Ces ressources constituent un corpus inclusif qui présente des perspectives marginalisées en enseignement de la philosophie:

  • perspectives féministes
  • perspectives décoloniales
  • perspectives africana
  • perspectives antispécistes
  • perspectives antiracistes
  • perspectives autochtones

Si vous enseignez en philosophie, visitez ATOPOS. Vous y trouverez des ressources que vous pourrez intégrer de façon très souple à votre enseignement:

  • des textes
  • des vidéos
  • des diaporamas
  • des listes de questions d’analyse

Vidéo du module Perspectives féministes. (Entrevue avec Laurie-Gagnon Bouchard.)

Genèse du projet ATOPOS

Depuis plusieurs années, nous assistons à des colloques et des conférences sur l’enseignement de la philosophie où il est question de l’importance d’aborder les perspectives marginalisées:

  • perspectives féministes
  • perspectives antiracistes
  • etc.

Les personnes présentes, en général, expriment un vif intérêt pour l’idée de décoloniser nos contenus, mais se considèrent inadéquatement outillées pour le faire. En effet, ces perspectives ne sont généralement pas abordées (ou, du moins, ne l’étaient pas) dans les études universitaires en philosophie.

Nous avons donc eu l’idée de créer du matériel pédagogique adapté au collégial qui permettrait aux enseignantes et aux enseignants de se former sur ces sujets, mais qui pourrait aussi être directement utilisable par les étudiants et les étudiantes.

Pour nous, la seule façon acceptable d’aborder les perspectives marginalisées par la tradition philosophique occidentale était de donner la parole aux personnes concernées par cette exclusion.

Nous avons donc soumis notre projet au CCDMD en y incluant la participation de nombreuses personnes expertes et concernées. Nous voulions concevoir une plateforme qui permettrait de rassembler des textes et des enregistrements vidéos d’entrevues réalisées avec nos collaborateurs et collaboratrices.

Pourquoi un site web?

L’idée d’un site web s’imposait, car l’utilisation d’un site est beaucoup plus flexible que celle d’un manuel scolaire. Les enseignants et enseignantes et les élèves sont libres d’utiliser le contenu facilement accessible et gratuit.

Texte introductif sur les perspectives décoloniales

Les diaporamas que nous offrons sur ATOPOS sont modifiables. Ainsi, les enseignants et les enseignantes peuvent choisir de les modifier en fonction de leurs besoins. Cela correspond d’ailleurs à l’esprit de l’enseignement collégial où les collègues se partagent et enrichissent le contenu de leurs cours.

Offrir une diversité de points de vue et donner une voix aux personnes porteuses des pensées marginalisées par la tradition

Nous avons travaillé avec des personnes expertes disposées à présenter leurs perspectives, pour offrir aux élèves une autre vision de la philosophie et pour enrichir les réflexions déjà présentées dans les cours. Nous voulions travailler en collaboration avec plusieurs personnes pour avoir des points de vue variés.

Quand un enseignant ou une enseignante crée des notes de cours ou écrit un manuel, une seule  interprétation de certaines conceptions philosophiques y est présentée. Notre idée était d’offrir 2 regards différents sur chacune des 6 perspectives abordées. Pour chaque perspective, une personne a écrit un texte et une autre a fait une entrevue sur le même thème. Cela nous a donc permis d’offrir 2 points de vue différents, qui se nourrissent l’un l’autre.

Lorsqu’on enseigne au collégial, il est possible d’inviter une personne conférencière à l’occasion. Cependant, le fait d’avoir plusieurs groupes rend l’organisation d’une telle visite très compliquée. La combinaison de textes et de vidéos qu’on retrouve sur ATOPOS nous semble en ce sens très avantageuse. Pour nous, c’est une façon d’atteindre l’objectif de donner la voix à une grande diversité de personnes historiquement marginalisées.

Un projet essentiel pour une véritable atteinte de la compétence

Notre projet n’est pas motivé par un simple souci d’intégrer la diversité pour la diversité ou de se plier à une soi-disant rectitude politique. Il s’ancre dans le fait que pour comprendre ce qu’est «L’être humain», il est essentiel de l’aborder selon différentes perspectives philosophiques. Or, traditionnellement, ce qui est enseigné, c’est toujours le point de vue d’hommes blancs européens. En mettant de côté le point de vue des femmes et des personnes non occidentales (et des animaux non humains et de la nature, si on peut dire), on nuit à une connaissance plus objective et plus juste de l’être humain.

Chacune des personnes expertes ayant collaboré avec nous pour un texte ou une vidéo a respecté le cadre imposé par le devis ministériel. Ainsi, dans chaque perspective proposées sur ATOPOS, on aborde chacun des éléments de la compétence 4PH1:

  • Les concepts-clés liés à la conception de l’être humain sont expliqués.
  • Le contexte historique d’émergence de la conception est présenté.
  • La pensée est actualisée en étant mise en relation avec des problèmes actuels.

De notre côté, nous nous sommes entre autres assurés que les explications proposées soient adaptées au niveau collégial.

Une approche inclusive

Nous aspirons à donner des cours plus riches, plus complets. Nous souhaitons aussi que toutes nos étudiantes et tous nos étudiants se sentent représentés dans nos cours. Tous nos élèves doivent sentir qu’ils et elles ont quelque chose à apporter à la réflexion philosophique.

Utiliser ATOPOS avec nos élèves

Le site web est utilisé dans plusieurs cégeps à travers le Québec et nous avons eu d’excellents échos de la part d’enseignants et d’enseignantes qui l’utilisent. Plusieurs nous ont écrit pour nous dire qu’ATOPOS répond à un besoin et comble un manque. Certains nous ont envoyé les versions de nos diaporamas qu’ils ont modifiés pour les intégrer à leurs cours. Une enseignante nous a dit qu’un élève avait pris la peine de lui écrire pour la remercier d’avoir abordé les perspectives décoloniales et les perspectives autochtones; qu’il se sentait enfin représenté. L’un de nos collègues a même été applaudi en classe pour avoir présenté une perspective marginalisée qui a trouvé écho chez ses élèves.

Les questions de culture du viol, d’appropriation culturelle, de racisme (avec Black lives matter, Idle no more et la notion de racisme systémique, entre autres) sont des enjeux très actuels auxquels sont confrontés les élèves. À l’ère des médias sociaux, l’information et l’opinion abondent et se confondent, ce qui rend difficile pour les élèves de réussir à développer un point de vue éclairé. En classe, quand on prend 3 heures pour parler du racisme et déconstruire certaines idées préconçues, les élèves peuvent réaliser qu’ils et elles pensaient connaître certains enjeux, mais que plusieurs notions leur échappent. Ils et elles ont le besoin et le désir d’en savoir plus, et se réjouissent d’en apprendre davantage.

En abordant des perspectives marginalisées, nos cours sont plus complets et collent davantage à l’actualité, ce qui a un effet très positif pour la motivation des étudiants et des étudiantes.

Si vous enseignez la philosophie, sachez que vous n’avez pas à revoir complètement votre cours pour intégrer le matériel offert sur ATOPOS. Vous pouvez très bien décider de ne couvrir qu’une seule des perspectives présentées sur ATOPOS dans votre cours. Vous n’avez pas non plus à abandonner votre présentation des perspectives traditionnelles, puisque les perspectives présentées sur ATOPOS sont en dialogue avec les perspectives plus traditionnelles (par exemple, les perspectives féministes réagissent à la conception libérale de l’être humain). Contraster une perspective marginalisée avec une perspective traditionnelle apporte de la richesse au cours.

Nous sommes pragmatiques: nous croyons que les idées ont des conséquences réelles. En taisant les perspectives marginalisées, non seulement on invisibilise les personnes qui les portent, mais on tait les biais à la base des conceptions traditionnelles. Or, les conceptions traditionnelles ont concouru à des injustices (qu’on pense au sexisme, au racisme, au colonialisme, etc.). À notre avis, choisir d’enseigner la philosophie, c’est une forme d’engagement (d’autant plus que les cours de philosophie au collégial sont un des seuls contacts que plusieurs de nos élèves auront avec la philosophie). Nous avons un rôle citoyen à jouer. Nous croyons qu’il est important de déconstruire des idées qui causent de la souffrance.

Allez faire un tour sur le site et explorez le matériel! Nous avons hâte de connaître la façon dont vous l’intégrerez à vos cours.

Remerciements

Nous remercions vivement toutes les personnes qui ont collaboré à la réalisation d’ATOPOS, en particulier les membres de l’équipe du CCDMD. De par le grand nombre de personnes impliquées dans la production des ressources, ATOPOS représentait un défi pour le CCDMD (d’autant plus que la production s’est faite en période de pandémie!), mais l’équipe a fait un travail remarquable et a toujours cru en notre projet!

À propos des auteurs

Benoit D'Amours

Né en 1986 à Rimouski, Benoit enseigne la philosophie au Cégep de Lévis depuis 2007. Il est l’un des instigateurs de l’activité Cinéphilo et de la révision locale du programme d’Histoire et Civilisation. Il est également impliqué dans l’organisation de l’édition locale de la journée de la philosophie. Après avoir fait une maitrise portant sur Habermas, il a obtenu son doctorat en 2021 en soutenant une thèse sur Stanley Cavell. Fier papa de 2 enfants curieux, il peut, grâce à eux, parler pendant plusieurs heures de dinosaures ou interpréter l’intégrale des chansons de la Reine des neiges. 

Sophie Savard-Laroche

Sophie Savard-Laroche enseigne la philosophie au Cégep de Lévis, au Cégep Limoilou et au Cégep Garneau. Ses recherches de maîtrise ont porté sur les éthiques du care et elle s’intéresse aujourd’hui, notamment dans ses recherches doctorales, aux enjeux liés à la décolonialité des savoirs. Depuis plus de 20 ans, elle s’intéresse aux enjeux féministes, écologistes et antiracistes. Son parcours atypique l’a amené à travailler pendant plus de 10 ans dans le milieu communautaire, puis à se consacrer à un projet d’agriculture biologique, pour finalement suivre ses passions pour la recherche et l’enseignement de la philosophie.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires