Fermer×
31 octobre 2022

Des créatures mythologiques de Montréal à Gaspé: un projet intercollégial mariant psychologie et arts visuels

De Montréal à Gaspé, nos étudiants et étudiantes ont participé à un projet unique de collaboration intercollégiale et multidisciplinaire où la psychologie et les arts visuels ont donné vie à des créatures mythologiques sous la forme de projections holographiques.

Une rencontre pédagogique

La collaboration est née d’un échange que Stéphanie a eu avec Anne-Marie Lafortune, enseignante d’anglais langue seconde au Cégep de la Gaspésie et des Îles, lors du colloque SALTISE 2021 où toutes les 2 participaient au même panel. Stéphanie a mentionné à cette dernière son envie de collaborer avec une personne enseignante. Anne-Marie a tout de suite pensé à sa collègue Madeleine! C’est ainsi qu’est née notre collaboration! Tout s’est mis en place favorablement, car nous avions toutes les 2 de petits groupes de 6 élèves, ce qui a facilité le pairage des élèves.

1 projet commun, 2 visées différentes

Madeleine

L’idée des créatures mythologiques est le prolongement d’un projet que je réalisais déjà depuis quelques années dans mes cours de psychologie du développement, lorsque j’aborde la théorie de l’attachement. C’est l’occasion pour moi de travailler des savoirs et des aspects du savoir-être par l’entremise d’une réflexion introspective.

Dans ce projet, les étudiants retracent des bribes de leur histoire relationnelle, de l’enfance à la vie adulte. La théorie de l’attachement leur permet de décoder certains comportements qui se mettent parfois en place avec les personnes importantes de leur vie. Le processus renforce ainsi la connaissance qu’ils ont d’eux-mêmes.

Pour ajouter un caractère ludique à la matière enseignée et pour faciliter l’introspection chez mes élèves, je glisse quelques éléments inspirés des arts visuels dans mon enseignement. Le jeu proposé permet d’aborder des questions complexes avec plus de légèreté. Sans atténuer la profondeur des questions abordées, mon intention est de créer un climat de classe propice aux échanges.

Le projet commence par la réalisation d’un portrait des caractéristiques relationnelles que les élèves doivent transformer en analogie animalière. C’est un langage universel au sein duquel ils trouvent spontanément des ressemblances entre certains traits de leur style relationnel et la poésie du langage animalier. Le portrait doit être composé de 3 parties d’animaux différents illustrant certaines caractéristiques de leur manière d’entrer en relation avec les autres.

Dans une salle munie de larges fenêtres, dont la vue donne sur un mur de briques rouges, plusieurs stations de travail, composées d’une table, une chaise et une lampe de bureau, sont installées le long des murs et des fenêtres. Sur une table ronde et noire, qui est éclairée par une lumière tamisée provenant d’une suspension en tissu jaune, du matériel d’art est disponible pour tous les étudiants (colle, feutre, pinceau, crayon de couleur…). Un bac rempli d’images et de revues est déposé sur la table noire. Une étudiante portant un gilet rouge et un jeans feuillette les images dans le bac. Près d’elle, 2 revues du National Geographic trônent sur la table. 2 autres étudiantes travaillent individuellement aux stations de travail le long des murs.

Dans une salle du Cégep de la Gaspésie et des Îles, campus de Gaspé, 3 étudiantes de Madeleine recherchent des images pour leur collage.

Une fois la créature née, mes élèves doivent la nommer, puis rédiger un texte qui présente ses caractéristiques et lier leur introspection à la théorie et aux concepts des grands auteurs étudiés en classe.

Sur un fond blanc, un collage d’une créature a été réalisé à l’aide de 3 animaux distincts. La créature a un corps de chien au pelage beige, de type Golden Retriever. En guise de tête, un raton laveur et la tête d’un fennec s’opposent.

Exemple d’un collage réalisé par une étudiante dans le cours de Madeleine

Aussitôt les collages terminés, l’interaction avec les binômes s’est amorcée (une étudiante de Gaspé est associée à un élève de Montréal). Mes élèves ont donc présenté leur collage à leurs pairs en Arts visuels du Cégep Marie-Victorin qui s’inspireront de leur travail comme point de départ pour une réflexion artistique dont l’objectif final est d’apprendre à créer une projection holographique animée.

Stéphanie

Mes élèves avaient déjà commencé à explorer la notion de «paysage» dans le cadre du cours Installation médiatique. Ils ont exploré les images de leur quotidien, les images qui composent leur environnement sous toutes ses formes. Avec ce projet collaboratif, je souhaitais que mes élèves puissent découvrir le paysage de quelqu’un d’autre et construisent une œuvre qui se transformerait en une créature mythologique animée. Ce travail d’interprétation s’inspirait du collage réalisé par les étudiantes de Madeleine à la suite de leur rencontre.

Pour ce faire, Madeleine et moi avons créé un questionnaire ludique pour faciliter l’échange entre nos élèves. Le questionnaire servait de point de départ à la rencontre et comportait différents buts:

  • briser la glace
  • faire connaissance
  • mieux comprendre la créature mythologique de leur partenaire

Les questions étaient orientées pour permettre aux étudiantes de Madeleine de présenter leur animal au travers de ses forces, expériences et valeurs.

Voici quelques-unes des questions des élèves en Arts visuels adressées aux étudiantes en psychologie :

  • Quelles sont tes forces?
  • Comment décris-tu ton caractère ?
  • Comment te comportes-tu avec les autres ?
  • Comment aides-tu les autres ?
  • Dans quelles circonstances es-tu contrarié?
  • Quelles sont tes vulnérabilités ou fragilités?
  • Comment réagis-tu lorsque tu as de la peine?
  • Comment les autres te perçoivent?
  • Que fais-tu pour te désennuyer ?

La dernière section du questionnaire consistait à décrire le paysage de l’animal mythologique, sa région géographique et son mode de vie. Étant donné qu’il s’agissait d’une créature mythologique animée, nous pouvions amener nos élèves à imaginer un nouvel univers où leur créature pourrait se mouvoir.

Le projet consistait à apprendre à connaître l’autre personne afin de cerner des bribes de son identité, puis de les traduire visuellement par l’entremise du regard de l’artiste. La part de surprise et d’inconnu inhérente à l’expérience était fort inspirante.

Les binômes ont préféré communiquer par le biais de Messenger. Nous avons aussi créé un groupe Facebook comme point de ralliement pour ce projet afin de faciliter les échanges et le partage les projets réalisés.

À la suite de cette 1re rencontre, les étudiantes et étudiants en Arts visuels ont consigné les ressentis de cette rencontre à l’intérieur d’un carnet de recherche prenant la forme d’un fichier Powerpoint en images et en mots.

Un carnet de notes ouvert est posé sur une table. On voit un croquis de chat avec une carapace de tortue, des ailes de hibou et des cornes de chèvre dessiné au crayon de plomb. On peut aussi lire les mots «shy, creative, good listener, justice warrior, values, self-image, autumn, worry, unwanted, hiking, values friendship, fear of rejection».

Notes prises par Viktoria Boudreau, une étudiante de Stéphanie, dans son carnet de recherche après sa rencontre avec l’une des étudiantes de Madeleine.

Madeleine

Les échanges qu’ont eu les élèves entre Gaspé et Montréal ont été enrichissants, car ils et elles ont pu discuter de leur réalité distincte et de leur parcours de vie différent. Ainsi, ce projet a permis, par la bande, à nos élèves de faire de belles rencontres, ce qui a ajouté une richesse à l’aventure.

Stéphanie

Une fois les propos recueillis, mes élèves ont donné vie à la créature mythologique de leur coéquipière à l’aide du logiciel After Effects afin de créer des images animées présentant une projection holographique à l’intérieur d’une pyramide transparente au moyen d’un écran (cellulaire, tablette, téléviseur). Une présentation orale sous forme d’autoentrevue précédait le projet animé dans laquelle mes élèves se mettaient en scène pour présenter leur création.

Pour partager les animations, mes élèves ont déposé leur vidéo sur YouTube en mode non répertorié. Cette manipulation m’a également permis d’enseigner l’hébergement d’une vidéo et la gestion de ses paramètres.

 

Animation réalisée par Long Tran, un étudiant en Arts visuels de Stéphanie

Une créature composée d’une tête et d’un corps de poussin avec des bois de cerf, et des pattes et une queue de renard se déplace sur un sol en pierre.

Exemple d’une créature réalisée par Long Tran, un étudiant en Arts visuels de Stéphanie

La projection holographique diffusée au moyen d’un écran à l’intérieur d’une petite pyramide (construite en acétate) permet à l’étudiant de travailler individuellement avec son cellulaire et de partager sa création avec les étudiantes de Madeleine. Pour regarder en grand format les projections holographiques créées par mes élèves dans le contexte d’une exposition, j’ai fait construire une grande pyramide en plexiglass. Nous avons ainsi pu visionner en groupe tous les projets.

Dans un local informatique muni d’ordinateurs de marque Apple, 5 élèves (2 filles et 3 garçons) sont photographiés, dans un plan moyen, entre 2 rangées de postes informatiques.]

5 des 6 élèves en Arts visuels de Stéphanie ayant participé au projet de créatures mythologiques

Madeleine

Au Cégep de la Gaspésie et des Îles, nous avons organisé un vernissage privé afin de découvrir les projections holographiques créées par les élèves de Stéphanie. Mes étudiantes ont vraiment été touchées par l’interprétation qu’ont fait leur binôme de leur créature mythologique.

Sur la photo, 5 étudiantes, placées côte-à-côte, regardent la caméra en trinquant avec une coupe de mout de pomme. Devant elles, 2 pupitres sont collés. Sur le pupitre de droite, on retrouve une tablette tactile, un téléphone intelligent et une pyramide en acétate translucide.

5 des 6 étudiantes inscrites au cours de psychologie de Madeleine lors du vernissage privé organisé au Cégep de la Gaspésie et des Îles, campus de Gaspé.

Note de l’éditrice

Intrigué par la création maison d’une projection holographique ? Voici un bref tutoriel qui vous explique comment réaliser la pyramide en plastique translucide (acétate) et comment utiliser votre cellulaire comme écran de projection.

Un exercice en cours 

Les impératifs de la session nous ont obligées à plonger tête première dans le projet, C’est une expérience pédagogique que nous souhaitons améliorer avec l’éventuelle collaboration d’autres collègues enseignants.  

Ce projet multidisciplinaire et intercollégial était novateur dans son approche et a suscité un bel enthousiasme chez toutes les personnes participantes. Il s’agissait d’un projet individuel qui a su animer nos groupes. Une chose est certaine: nous réitérerons l’expérience!  

À propos des auteures

Stéphanie Granger

Stéphanie Granger est enseignante au DEC en Arts visuels au Cégep Marie-Victorin. Ses méthodes d’enseignement sont inspirées de la classe inversée. Elle a développé une méthode d’évaluation numérique avec le cellulaire qu’elle partage sur Éductive. Depuis 2020, elle a animé une journée pédagogique au Département en Arts visuels du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu (2020) et a présenté une conférence lors de différents colloques:

  • Numérique 2020
  • Colloque international en éducation (CRIFPE, 2021)
  • Conférence SALTISE (2020, 2021)
  • webinaire (2020) et colloque de l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC 2021)
Madeleine Veillet

Madeleine Veillet enseigne la psychologie au DEC en Sciences humaines au Cégep de la Gaspésie et des Îles (campus de Gaspé). Elle intègre à sa pédagogie des méthodes introspectives alliant écriture, expression visuelle et techniques de développement de la créativité. En 2008, elle présente à l’AQPC un projet de collages interdisciplinaires réalisés à l’intérieur du cours Intégration des acquis en Sciences humaines. En 2012, elle organise des conférences et des ateliers de création portant sur les bienfaits de la créativité sur la santé mentale: Talent fou: Éloge du bonheur et de la créativité. Elle coanime depuis 2012 un projet parascolaire interdisciplinaire conviant les élèves à une exploration de soi par des ateliers en métiers d’art.

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Hélène Ste-Marie
Hélène Ste-Marie
2 novembre 2022 16h38

Quel beau mariage d’expertise et de créativité! Bravo! Les résultats sont très originaux et la démarche a sûrement inspiré et motivé les élèves. Votre témoignage est très inspirant comme démarche pédagogique, mais aussi pour aborder l’enseignement de façon innovante et audacieuse! Félicitations pour ce partage!

Madeleine
Madeleine
3 novembre 2022 20h04
Répondre à  Hélène Ste-Marie

Merci Hélène!