Fermer×

Autant dans des cours à distance que des cours en présence, je trouve parfois très pertinent de permettre aux étudiants de collaborer lors d’un examen. Selon les cours et leurs modalités, la formule que je mets en œuvre pour les examens collaboratifs n’est pas la même, mais dans les 2 cas, je trouve que l’approche a un impact positif sur les apprentissages des étudiants.

Examens collaboratifs en ligne

Il y a environ 3 ans, j’ai participé à un colloque au Manitoba où il était question d’évaluation collaborative. Je ne connaissais pas le concept d’examen collaboratif; j’ai été séduite!

Quand la pandémie est arrivée et qu’il a fallu transposer les examens en ligne, dans mon cours Approche client, j’ai décidé de donner accès aux élèves autant à leurs notes de cours qu’à leurs pairs. Ils réalisent leurs examens en ligne à livres ouverts et en équipe.

La surveillance est difficile en ligne. Ça ne sert à rien d’essayer d’empêcher les étudiants et les étudiantes de consulter leurs notes. J’ai donc repensé mes examens pour que les questions demandent de l’analyse plutôt que des connaissances qui se trouvent dans les notes de cours.

De même, en ligne, les élèves peuvent communiquer entre eux facilement. En leur proposant de faire l’examen en équipe, la collaboration est encadrée et formalisée.

Déroulement d’un examen collaboratif en ligne

Pour les examens en ligne dans le cours Approche client, je propose aux étudiants de se mettre en équipe de 3. Je trouve qu’une équipe de 3 est optimale pour la communication en visioconférence. Certains me demandent parfois de former une équipe de 2 ou de 4 pour une raison particulière (ne serait-ce que parce que le nombre d’étudiants à répartir dans des équipes n’est pas un multiple de 3!) et j’accepte évidemment.

Cependant, les étudiants ont le droit de faire l’examen seul s’ils le préfèrent. Il y a toujours quelques élèves qui préfèrent faire l’examen seul. Il peut s’agir d’étudiants qui ont un trouble déficitaire de l’attention, ou simplement des étudiants qui ont pleinement confiance en leurs moyens.

Néanmoins, les étudiants qui choisissent de faire l’examen en équipe, eux, adorent ça! Ça rend l’examen moins stressant pour eux.

Tous les étudiants se connectent en visioconférence. Ceux qui réalisent l’examen en équipe se dispersent dans des salles pour petits groupes (breakout rooms). De cette façon, je peux circuler d’une salle à une autre.

Les coéquipiers et coéquipières peuvent discuter ensemble des questions et des réponses à formuler. Cependant, je leur demande de fournir des réponses individuelles aux questions. Ainsi, ils peuvent échanger des idées, mais n’ont pas besoin d’accepter toutes celles de leurs pairs. Dans tous les cas, ils doivent formuler leurs réponses dans leurs propres mots.

Ma grille d’évaluation est adaptée à la formule de l’examen. J’accorde beaucoup de points à la justification des réponses ( clarté, pertinence, justesse du vocabulaire utilisé).

Pendant l’examen, chaque équipe doit gérer son temps. Les élèves ont, selon le cas, 2 ou 3 heures pour faire l’examen. Certains choisissent de discuter d’une question en équipe puis d’y répondre individuellement avant de passer à la suivante. D’autres discutent de toutes les questions au début de l’examen puis se gardent du temps pour écrire leurs réponses.

Impact sur les apprentissages

Les discussions transforment l’évaluation en une véritable occasion d’apprentissage. Les échanges en équipe permettent aux étudiants d’avoir une meilleure compréhension des questions et de valider leurs idées de réponses avec leurs pairs.

Les étudiants comprennent très vite qu’ils doivent être prêts pour réussir l’examen. Il est arrivé à certains étudiants d’échouer à un examen même s’ils étaient en équipe avec des étudiants très forts. Avoir le droit de consulter ses notes et ses collègues, ça ne donne pas le temps d’assimiler la matière si aucune étude n’a été faite au préalable. Par ailleurs, un étudiant qui n’est pas prêt ne contribuera pas aux discussions dans son équipe et ses coéquipiers risquent fort de ne pas le reprendre dans leur équipe lors du prochain examen. Ainsi, les examens en équipe permettent aux étudiants bien préparés d’enrichir leurs réponses, mais ne permettent pas aux étudiants qui n’ont pas étudié ou qui ont été absents de réussir.

Un examen à livre ouvert est, à mon avis, plus authentique, plus représentatif de la réalité sur le marché du travail. Au travail, on a le droit d’utiliser une boîte à outils. Pour bien utiliser ces outils, il faut des compétences, et ce sont ces compétences que l’on veut évaluer lors des examens. Un examen à livre ouvert demande autant de préparation qu’un examen traditionnel. Certains étudiants ne comprennent pas cela et ont une mauvaise note au 1er examen, à la mi-session. Toutefois, à l’examen final, ils savent comment s’y prendre. Comme l’examen final vaut plus de points, ils ne se découragent pas.

Déroulement d’un examen collaboratif en présence

Apprentissage par équipes (team-based learning)

Dans mon cours Gestion des ressources humaines, en présence, je mets en œuvre l’approche de l’apprentissage par équipes (team-based learning). Je trouve que ce cours s’y prête très bien. L’approche les force à développer leurs habiletés à travailler en équipe (ce qui est un atout en gestion des ressources humaines), car ils collaborent tout au long de la session.

Dans mon cours, les équipes sont les mêmes pendant toute la durée de la session. Au début de la session, je pige les 1ers noms au hasard. Chaque personne pigée choisit une personne pour se joindre à elle. Cette 2e personne pige au hasard le nom du 3e membre de l’équipe. Cette 3e personne choisit la 4e, qui pige, et ainsi de suite, jusqu’à former des équipes de 5 ou 6 personnes.

Chaque équipe rédige un contrat où elle indique ce qu’elle valorise. Dès le début de la session, ça permet aux étudiants de briser la glace en discutant de ce qui est acceptable ou non pour eux. En rédigeant le contrat d’équipe, les membres se donnent une façon de travailler. Une fois le contrat signé, les équipes ne peuvent pas être dissoutes. Les étudiants n’ont pas le droit d’exclure un des membres pour une raison ou une autre. Évidemment, je suis là pour les aider en cas de problème! J’utilise les contrats d’équipe depuis que j’ai commencé à enseigner, en 2008, et je n’ai jamais eu à dissoudre une équipe: il y a toujours des solutions.

Pendant la session, j’exploite la classe inversée, ce qui libère du temps de classe pour les travaux pratiques. Les étudiants font différentes études de cas en équipes. Je mets aussi en œuvre l’apprentissage par les pairs, en demandant à chaque équipe de présenter certaines notions théoriques aux autres.

Examens en 2 étapes

Dans le cours Gestion des ressources humaines, les examens se déroulent en 2 étapes, à l’intérieur d’une même séance de cours.

Je fais des examens qui comptent moins de questions que mes examens ordinaires et prennent moins de temps à réaliser. (Les questions sont des études de cas semblables à celles qu’ils ont faites dans le cours.)

Pendant la 1re moitié de la séance, chaque étudiant doit faire l’examen en entier individuellement. Je ramasse les copies ensuite. Les notes que j’attribuerai pour cette portion individuelle de l’examen vaudront pour 80% de la note totale de l’examen.

Pendant la 2e moitié de la séance, les étudiants se joignent à leurs coéquipiers habituels et refont l’examen en entier. Ils doivent répondre aux mêmes questions, mais produire une seule réponse par équipe. Ils doivent négocier et s’entendre les uns avec les autres pour trouver la réponse qu’ils veulent fournir. C’est évidemment une excellente occasion d’apprentissage pour eux. Ils reçoivent une rétroaction sur leurs réponses individuelles, mais contrairement à une simple validation par l’enseignant, cette rétroaction leur demande de la réflexion et de l’analyse, pour qu’ils jugent eux-mêmes de sa valeur.

C’est magnifique de les voir travailler pendant la portion en équipe de l’examen! Ils sont si concentrés…

La portion en équipe vaut pour 20% de la note totale de l’examen. Habituellement, les notes d’équipe sont plus élevées que les notes individuelles. J’ai déjà eu des cas, par contre, où la note d’équipe était catastrophique. Quand ça se produit, ça peut être très déstabilisant pour les étudiants. Quand la note d’une équipe est faible, je rencontre les étudiants pour discuter de la situation avec eux. Ils se préparent différemment pour l’examen suivant.

Une formule qui s’adapte aux besoins

Autant dans les variantes que j’utilise en présence qu’à distance, je suis très satisfaite de mes expériences avec les examens collaboratifs. L’examen collaboratif est un concept que l’on peut exploiter de 1001 façons différentes. Personnellement, je ne le fais pas dans tous mes cours, car j’aime la variété. J’aime exploiter d’autres modes d’évaluation aussi, mais pour certains cours et pour les modes d’évaluation en ligne, je trouve ça parfait!

À propos de l'auteure

Julie Hébert

Enseignante à l’École internationale de l’hôtellerie et du tourisme du Collège LaSalle depuis 2008, Julie Hébert a initié plusieurs projets pour faire rayonner les étudiants à l’extérieur du collège (programme Ambassadeur et programme de badges numériques). Elle donne régulièrement des ateliers et webinaires sur différentes pratiques pédagogiques. Elle a également implanté le Groupe de recherche en innovations pédagogiques (GRIP), qu’elle coordonne toujours, qui vise à stimuler l’utilisation des pédagogies innovantes au Collège LaSalle. En 2020, elle a eu la Mention d’Honneur de l’AQPC pour l’excellence de son travail.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires