Fermer×

Le two-stage exam (examen en 2 étapes) est une approche pédagogique qui permet de transformer un examen traditionnel en une activité d’apprentissage actif. Il s’agit de demander aux étudiants de refaire en équipe un examen traditionnel qu’ils viennent de faire individuellement. Je l’ai testé en 2019-2020.

Qu’est-ce qu’un examen en 2 étapes?

C’est au mois de juin 2019 que j’ai entendu parler de l’examen en 2 étapes pour la 1re fois, en assistant à la journée de la physique de l’Université de Montréal. C’était lors de la présentation de Louis Deslauriers, un enseignant spécialisé en pédagogie active à l’Université Harvard [en anglais].

L’examen en 2 étapes me paraissait une méthode très intéressante puisque ça devrait permettre, en théorie, aux étudiants ayant le plus de difficultés d’apprendre des étudiants les plus forts à un moment où ils ont envie connaître les réponses à leurs questions (les réponses de l’examen). Si chaque équipe fait bien son travail, la deuxième étape peut servir de rétroaction immédiate sur l’examen. L’examen traditionnel devient alors une réelle activité pédagogique.

Je l’ai testé d’abord à la session d’automne 2019, dans mon cours complémentaire d’astronomie, puis au début de la session d’hiver 2020 (avant la pandémie) dans le cours Électricité et magnétisme en Sciences de la nature. Avec tous les chamboulements associés à la pandémie, je n’ai pas retenté la chose depuis, mais je compte bien le faire!

Quelques détails techniques à propos de l’examen en 2 étapes

  • L’examen en équipe peut être le même examen que celui donné individuellement, mais ce n’est pas obligatoire. Il peut s’agir d’un ou plusieurs numéros d’examen, selon les besoins de l’enseignant.
  • Les équipes doivent être composées, idéalement, de 3 ou 4 étudiants.
    Pour un examen de 110 minutes, il faut réduire l’examen individuel à 70 minutes afin de laisser environ 40 minutes pour l’examen en équipe.
  • Selon Louis Deslauriers, la note d’équipe devrait compter pour 20% de la note totale de l’examen.
  • Afin de ne pas désavantager les étudiants les plus forts, la note d’équipe ne doit pas pouvoir être plus faible que la note individuelle.

Note de l’éditrice
Dans un article initialement paru sur le site de Profweb (maintenant Éductive), notre éditrice Susan MacNeil a fait le compte-rendu d’un webinaire de SALTISE à propos de l’évaluation en 2 étapes. Elle y présente les lignes directrices de cette pratique pédagogique et quelques astuces.

Appréciation des étudiants

Dans le cadre de ma 1re expérience d’évaluation en 2 étapes (dans le cours d’astronomie en 2019), j’ai réalisé un sondage auprès des étudiants.

J’ai constaté que les étudiants, les plus forts comme les plus faibles, ont beaucoup aimé l’examen en 2 étapes.

J’ai mené un sondage auprès des étudiants du cours d’astronomie.

Près de 90% des étudiants estimaient avoir compris la majorité de leurs erreurs en faisant l’examen en équipe.

Près de 90% d’entre eux trouvaient l’examen en 2 étapes intéressant et pertinent.

La grande majorité me suggérait de répéter l’activité à la prochaine session, ce que j’ai fait.

L’apprentissage par les pairs à son meilleur

Pour la plupart des équipes d’étudiants du cours d’astronomie (8 équipes sur 11), la note d’équipe était plus forte que chacune des notes individuelles, en moyenne, de plus de 10%. Ensemble, ils ont donc compris des subtilités qu’ils n’avaient pas comprises individuellement. C’est l’apprentissage par les pairs à son meilleur!

Par contre, sur les 37 étudiants, 4 étudiants ont eu une note plus basse en équipe qu’individuellement. En regardant les statistiques, on voit que 2 d’entre eux étaient avec un étudiant ayant eu une très faible note à l’examen. Cela a peut-être pu jouer sur leur motivation. Ou peut-être que l’équipe a manqué de temps?

Tableau 1 – Comparaison des notes individuelles des étudiants et de leurs notes en équipe (examen 1 du cours d’astrophysique)

Impact sur les étudiants ayant le plus de difficultés

Certains de mes collègues avaient peur que les étudiants les plus faibles ne soient que des spectateurs passifs de l’examen en équipe. Dans mon cours d’astronomie, j’ai tenté une expérience pour vérifier si c’était le cas.

Voici ce que j’ai fait, pour l’examen final du cours :

  • Chaque étudiant a fait son examen individuellement, comme d’habitude.
  • Ensuite, les étudiants ont formé des équipes de 3 ou 4 personnes pour refaire l’examen en équipe.
  • Après l’examen en équipe, et sans les avoir prévenus, j’ai proposé à ceux qui le voulaient de refaire l’examen individuellement (ce que je n’avais pas fait lors des 2 premiers examens). Je leur ai mentionné que je ne prendrais que la meilleure note de leurs 2 examens individuels.

Plus de 60% des étudiants ont voulu refaire l’examen individuellement. La majorité des étudiants qui n’ont pas voulu le refaire était des étudiants situés dans le quart le plus fort. Pour moi, cela veut dire que la majorité des étudiants sentaient qu’ils avaient appris assez de choses pendant l’examen en équipe pour le refaire individuellement et améliorer leur note d’examen.

Cela en dit long sur l’impact de cette activité pédagogique sur la perception de contrôle et de compétence des étudiants. Cette activité pourrait donc avoir un impact intéressant sur la motivation des étudiants pendant la session.

Pour cette reprise d’examen individuelle, parmi les étudiants du cours d’astronomie, le quart le plus faible a davantage augmenté sa note (+13,7%) que le quart le plus fort (+5,9%). À mon avis, cela veut dire que les étudiants les plus faibles ne sont pas passifs pendant les examens en équipe. Ils apprennent réellement.

Impact sur les étudiants les plus forts

Personnellement, j’ai l’impression que la plupart des étudiants ont tendance, de façon naturelle, à comparer leurs réponses après un examen. Les étudiants les plus forts ont donc des choses à apprendre en comparant leurs réponses avec d’autres étudiants forts.

Cela dit, j’avais un peu peur que certains des étudiants plus forts soient frustrés de voir leurs collègues ayant plus de difficultés profiter de leur expertise. Dans mon cours d’astronomie, la note de l’examen en équipe n’a augmenté que de 1,7% pour les étudiants du premier quart, alors que l’augmentation est de 25,8% pour les étudiants du dernier quart.

Tableau 2 – Variation des notes des étudiants selon le quart dans lequel ils se trouvent

Les données du tableau montrent que les étudiants les plus forts ne peuvent pas augmenter leur note autant que les étudiants ayant eu plus de difficulté à l’examen.

Il est possible que les étudiants les plus forts sentent que l’examen en 2 étapes les empêchent de se démarquer par rapport à la moyenne. Comme l’écart à la moyenne a un impact sur la cote R, cela pourrait causer un sentiment d’injustice pour certains d’entre eux. D’ailleurs, quelques étudiants m’ont fait ce commentaire pendant la session.

Ainsi, même si les étudiants les plus forts apprécient l’examen en 2 étapes et même s’ils peuvent apprendre de leurs collègues les plus forts, je crois que l’examen d’équipe ne devrait pas compter pour 20% de l’examen, même si c’était le pourcentage que proposait Louis Deslauriers. Dans mon cours d’astronomie, les portions en équipe des examens comptaient pour 10% de la note de chaque examen. Ça a été la même chose à la session d’hiver 2020, dans mon cours d’électricité. À l’avenir, pour éviter que les étudiants ayant plus de difficultés ne soient trop avantagés au niveau des notes, je ne vais accorder que 2% de la session aux examens en 2 étapes. Pour avoir tous leurs points, j’exigerais seulement que la note de chaque examen d’équipe soit plus forte que la moyenne des notes individuelles.

Ces points auraient donc peu d’impact sur l’écart à la moyenne de l’examen puisqu’il ne compteraient que de 2% de la session. Les étudiants les plus faibles comme les plus forts auraient appris des choses lors de cette activité pédagogique et la majorité serait intéressée à aller chercher les 2%. Cela permettrait, je crois, d’amoindrir le sentiment d’injustice que pourrait créer l’examen en deux étapes.

Petite anecdote: lors du dernier examen du cours d’astronomie, une de mes étudiantes les plus fortes avait eu une note plutôt ordinaire (70%) à son examen individuel. Or, c’est pour cet examen que j’ai offert aux étudiants de faire une reprise individuelle après l’examen d’équipe. Eh bien, lors de sa reprise individuelle, elle a eu 93,5%! L’examen en 2 étapes peut donc être intéressant pour aider certains bons étudiants qui étaient moins bien préparés à un examen.

La gestion du temps

Puisque du temps doit être réservé pour l’examen en équipe, il faut raccourcir la durée de l’examen individuel. Personnellement, j’ai trouvé difficile de couper des questions dans mon examen individuel!

Dans mon cours d’électricité, les étudiants disposaient de 70 minutes pour l’examen individuel et 40 minutes pour l’examen en équipe. Il est logique de laisser moins de temps pour l’examen en équipe, entre autres puisque celui-ci vaut pour un beaucoup plus petit pourcentage de la note. Toutefois, 40 minutes, pour des étudiants en sciences de la nature habitué à performer, ce n’était pas assez pour permettre aux équipes de répondre à toutes les questions de l’examen.

La prochaine fois, je demanderai aux équipes de répondre seulement à certaines questions de l’examen individuel plutôt que de leur demander de tout refaire. Ainsi, ils auront le temps de discuter et de s’expliquer les notions pertinentes.

Les étudiants qui ont droit à des mesure d’accommodement

L’examen en 2 étapes est accompagné de difficultés d’ordre logistique si plusieurs étudiants bénéficient de temps supplémentaire à l’extérieur de la classe. Dans un scénario idéal, tous ces étudiants commenceraient leur examen individuel avant tout le monde afin d’arriver en classe au moment où le reste de la classe commence l’examen en équipe. Sinon, il se peut qu’il ne soit pas possible d’appliquer l’examen en 2 étapes aux étudiants ayant besoin de temps supplémentaire.

Un compromis serait peut-être de faire la 2e étape le cours suivant. On pourrait aussi faire faire aux étudiants qui ne peuvent se joindre à temps à une équipe un exercice supplémentaire de révision ou tout simplement accepter que ces étudiants arriveront en retard (ou même qu’ils soient absents à l’examen d’équipe).

Le temps de correction

En ajoutant une partie en équipe à un examen, la correction est un peu plus longue. Avec une classe de 40 étudiants, cela ajoute environ 10 copies de correction supplémentaire. Par contre, la correction de ces copies se fait, en général, assez rapidement puisque la moyenne des examens d’équipe est souvent très élevée (90% dans mon cas).

Une expérience à répéter!

Je vais certainement refaire des examens en 2 étapes, car je trouve cela très pertinent.

En Sciences de la nature, je vais demander aux élèves de ne refaire que certaines questions de l’examen en équipe. En Électricité et magnétisme, j’ai senti que le manque de temps pour refaire tout l’examen était une source de frustration pour les élèves, alors je veux corriger cela.

En conclusion, l’examen en 2 étapes permet d’offrir une rétroaction rapide aux étudiants. De plus, il permet aux examens de vraiment devenir des occasions d’apprentissage. Ça vaut la peine de s’y intéresser!

À propos de l'auteur

Éric Laflamme

Il est enseignant de physique au collégial depuis 2009. Il enseigne présentement au cégep Édouard-Montpetit. Il est titulaire d’une maîtrise en biophysique de l’Université de Montréal, d’un DEC en Technologie de conception électronique et d’un DEC en musique, en guitare jazz.

Grandement intéressé par les liens entre l’apprentissage et le jeu, il a complété en 2017 une AEC en design de niveau de jeu vidéo au Campus ADN et fait présentement le microprogramme de l’UQAT en jeu vidéo indépendant.

Éric Laflamme a été le fondateur et le concepteur de la plateforme éducative modappi (aujourd’hui inactive), gagnante de 3 prix prestigieux au Québec. Il a été le concepteur et le programmeur des exercices aléatoires auto-corrigés utilisés dans les cours en ligne de modappi.

Il est coauteur de Mesures et incertitudes en laboratoire, publié par Fides Éducation en 2018, et de Maîtriser les vecteurs en explorant le sol de Mars. Ces 2 livres ont été primés en 2013 et 2016.

De 2018 à 2021, il a développé, en parallèle de son travail d’enseignant, La remorqueuse de l’espace, un jeu éducatif de puzzles de physique permettant de ressentir et de comprendre les notions de cinématiques.

S’abonner
Notification pour
guest
13 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
France Belanger
France Belanger
7 décembre 2021 7h28

Bravo très intéressant

Eric Laflamme
Eric Laflamme
7 décembre 2021 20h39
Répondre à  France Belanger

Merci!

Christian Drouin
7 décembre 2021 14h35

Bravo Éric ! Merci pour ce compte-rendu très instructif !
Nous avons appliqué ces évaluations en 2 temps (Ev2T) à plusieurs reprises depuis 2017, notamment en chimie des solutions, chimie organique 2 et en mise à niveau chimie sec 5 (valeur de la portion collaborative :10 %, durée : 1/5 du temps total, l’éva. collabo. représentait seulement une partie de l’examen individuel). Nous avons constaté les mêmes avantages et inconvénients que vous !
Je trouve intéressante l’idée d’un second examen individuel suivant l’évaluation par équipe. Comment avez-vous géré cela (en dehors des heures de cours, tous en même temps, sur des horaires différents, etc.) ?

Dernière modification le 9 mois il y a par Christian Drouin
Eric Laflamme
Eric Laflamme
7 décembre 2021 20h48
Répondre à  Christian Drouin

Salut Christian! J’avais fait le second examen individuel dans le cours complémentaire d’astronomie, qui est un cours de trois heures. J’ai donc eu le temps de faire l’examen individuel, l’examen d’équipe, puis le second examen individuel. Je ne crois pas que j’aurais pu faire cela dans les cours de sciences de la nature.

Marisa Potvin
Marisa Potvin
7 décembre 2021 16h41

C’est effectivement très intéressant. Merci pour vos données et explications. Je vais certainement tester le tout dès la session d’hiver!

Eric Laflamme
Eric Laflamme
7 décembre 2021 20h51
Répondre à  Marisa Potvin

Super! Vous m’en donnerez des nouvelles!

Éric Ouellet
Éric Ouellet
9 décembre 2021 10h12

Bonjour! Bravo pour cette initiative! Ma question: les équipes sont-elles imposées par l’enseignant ou faites aléatoirement ou encore est-ce les étudiants qui décident par eux-mêmes de se placer avec tel étudiant? Pour résumer ma pensée, je crains que les forts se mettent avec les forts et les faibles avec les faibles…

Eric Laflamme
Eric Laflamme
13 décembre 2021 19h27
Répondre à  Éric Ouellet

Bonjour Éric!
Je n’ai rien imposé à mes équipes et je n’ai pas vu de problème particulier à ce propos (voir le tableau 1 ci-haut). Cela dit, ça pourrait être une bonne idée de former les équipes de façon aléatoire, surtout s’il y a plus d’un examen en 2 étapes pendant la session.

Guillaume Bergeron
26 janvier 2022 12h31

Bonjour, le lien sur  La remorqueuse de l’espace ne fonctionne pas.

Catherine Rhéaume
Catherine Rhéaume
26 janvier 2022 13h00
Répondre à  Guillaume Bergeron

Oh! Pourtant, il fonctionne pour moi… Je ne m’explique pas le problème que vous éprouvez, mais si vous voulez de l’information sur l’excellent jeu développé par Éric, je vous conseille la lecture de son récit: https://eductive.ca/ressource/recits/la-remorqueuse-de-lespace-un-jeu-video-pour-apprendre-la-physique-autrement/

Eric Laflamme
Eric Laflamme
1 février 2022 8h21
Répondre à  Guillaume Bergeron

Bonjour Guillaume! Les cégeps bloquent souvent les plateformes de jeu comme Steam ou itch.io. Le lien fonctionnera si vous êtes de la maison.
De plus, pour l’utilisation du jeu dans les cégeps, il est plus simple d’utiliser la plateforme de jeu itch.io (https://ericlaflamme.itch.io/space-tow-truck-isaac-newtons-favorite-puzzle-game). Avec itch.io, le jeu est dans sa version sans DRM (Digital Right Management), il est donc plus simple d’installer le jeu dans les classes sans devoir créer un compte Steam pour chaque ordinateur.

Sébastien wall-Lacelle
Sébastien wall-Lacelle
22 février 2022 0h06

Super intéressant Éric, félicitations pour ton audace d’intégrer ça dans ton enseignement! J’aime beaucoup les données que tu partages sur les effets sur les notes des étudiants. J’ai espoir que ça pourra convaincre certains enseignants de l’essayer! Bravo encore!

Eric Laflamme
Eric Laflamme
23 février 2022 9h37

Merci Sébastien, tes bon mots sont vraiment appréciés!