Fermer×

Au Collège Laflèche, je suis responsable de l’implantation de l’apprentissage en milieu de travail (AMT), dans le cadre de projets pilotes financés par le ministère de l’Enseignement supérieur (MES). L’AMT est mis en œuvre dans 3 programmes:

  • Techniques de gestion et d’intervention en loisir
  • Techniques de tourisme
  • Techniques de gestion hôtelière

Dans ces programmes, comme dans plusieurs autres programmes techniques, les étudiantes et les étudiants sont motivés par leurs futures fonctions de travail, mais ne sont pas enthousiastes à l’idée de passer 6 heures par jour assis à un pupitre pour écouter un professeur. L’apprentissage en milieu de travail leur permet d’apprendre dans un contexte authentique. Les élèves peuvent valider leur choix de carrière en étant «sur le terrain», mais aussi développer leur sentiment de compétence. Les étudiants et étudiantes constatent qu’ils et elles sont capables d’apprendre à effectuer les «vraies tâches» d’un technicien ou d’une technicienne.

L’exemple du programme de Gestion et intervention en loisir

Le programme de Gestion et intervention en loisir, dans lequel j’enseigne, est le 1er à avoir lancé un projet pilote. Or, même avant le début du projet pilote financé par le MES, l’AMT existait dans notre programme, même si on n’en parlait pas explicitement comme de l’«apprentissage en milieu de travail».

Depuis plus de 15 ans, dans notre programme, nous offrons à nos étudiants et étudiantes de réaliser des projets en collaboration avec des organismes et des entreprises de la région. Il ne s’agit pas d’offrir des stages d’observation, pendant lesquels les étudiants sont surtout spectateurs. Avec l’AMT, les étudiants et les étudiantes développent véritablement leurs compétences dans une situation réelle de travail. Cela est préparatoire au stage de fin d’études que nous offrons toujours à nos élèves en 6e session.

L’AMT, ça ne date pas d’hier! L’apprenti du forgeron qui apprenait son métier en forgeant, il faisait de l’AMT!

Le projet pilote nous a permis de systématiser l’AMT (et, maintenant, l’AMT est inscrit dans les plans-cadres). Aujourd’hui, c’est plus de la moitié des heures de cours qui se déroulent en milieu de travail!

Projet réalisé en AMT dans le cours Projet en milieu municipal et communautaire

Prenons par exemple le cours Projet en milieu municipal et communautaire, que j’enseigne à la 4e session. Dans ce cours, les étudiants, en équipe, sont placés directement en relation avec un milieu (municipal ou communautaire) projet d’événement ou d’activité. Les étudiants vont soit réaliser l’événement ou l’activité, soit prendre toutes les étapes du processus en charge:

  • planification
  • organisation
  • réalisation
  • évaluation du déroulement

Par exemple, des étudiantes ont organisé une soirée de reconnaissance pour les bénévoles d’une municipalité de la région. La soirée a réuni 150 invités.. Elles ont :

  • choisi une thématique pour la soirée
  • engagé un DJ, un traiteur, un décorateur…
  • organisé une remise de prix
  • etc.

Les partenariats avec les milieux

Pour que de telles collaborations entre des milieux de travail et nos étudiants soient possibles, les professeurs responsables des cours doivent:

  • prendre contact avec des milieux
  • valider les propositions de projets faites par ces milieux
  • assigner une équipe d’étudiants et d’étudiantes à chaque projet
  • etc.

Heureusement, en Gestion et intervention en loisir, comme cela fait plus de 15 ans que nous tissons de tels liens avec les employeurs, plusieurs organismes et entreprises prennent l’initiative de nous contacter. Parfois, nous avons plus de propositions de projets que d’étudiants pour les réaliser!

En fait, avant le début de notre projet pilote, nous avions déjà une cinquantaine d’organismes et entreprises partenaires. Aujourd’hui, nous en avons 126!

C’est très stimulant, mais aussi un peu lourd à gérer.

C’est pour cela que nous avons demandé la prolongation de notre projet pilote pour une 4e année: pour cette dernière année, nous voulons concentrer nos efforts à trouver des façons de pérenniser notre approche.

Ainsi, même quand le financement du MES ne sera plus là pour que je puisse agir à titre de chargé de projet et m’occuper de la gestion de tous les partenariats, l’AMT pourra continuer.

Cette pérennisation passe en partie par la signature d’un protocole d’entente avec nos partenaires majeurs. Ainsi, avec 7 de nos partenaires les plus importants, nous avons signé une entente sur 3 ans. Nous avons donc la garantie qu’ils offriront des projets à nos étudiants et étudiantes pendant 3 ans et, de leur côté, ils ont la garantie que nos élèves travailleront avec eux. Cela est profitable autant pour nos partenaires que pour nous:

  • Nous pouvons valider les projets à l’avance (sans avoir à chercher des partenariats à la dernière minute).
  • Nos partenaires peuvent planifier la libération d’une personne-ressource au sein de leur organisation qui sera responsable d’accompagner nos étudiants et étudiantes (en le sachant à l’avance, ils peuvent s’assurer que la meilleure personne possible pour ce mandat soit disponible).

Une valse à 3 entre l’étudiant, le tuteur et l’enseignant

Dans les milieux de travail, une personne de l’organisation doit agir comme tuteur ou tutrice pour nos étudiants et étudiantes. L’engagement d’un tuteur va au-delà de celui d’un superviseur de stage. Un ou une stagiaire arrive dans un milieu de travail en ayant déjà la base des compétences nécessaires pour exercer ses fonctions. Un étudiant ou une étudiante en AMT, à l’inverse, a acquis quelques savoirs de base en classe, mais doit encore développer ses compétences. Le tuteur ou la tutrice doit être pédagogue. Il ou elle doit:

  • faire une démonstration des tâches à effectuer
  • laisser l’élève essayer
  • donner à l’élève des rétroactions sur ses essais
  • etc.

En AMT, nos élèves arrivent dans le milieu de travail avec des connaissances théoriques de base, mais ils ne sont pas aussi autonomes que des stagiaires et il est important que les tuteurs et tutrices sachent à quoi s’attendre.

L’enseignant ou l’enseignante, pour sa part, doit soutenir le tuteur ou la tutrice autant que l’étudiant. Par exemple, l’enseignant doit présenter l’élève au tuteur: quelles sont ses forces, ses défis. Cela permettra au tuteur de mieux accompagner l’élève. Il doit également rappeler à l’élève quelles sont les connaissances qu’il doit avoir et dont il aura besoin pour remplir ses fonctions. Il doit également préparer l’étudiant et le tuteur à leur 1re rencontre ensemble: leur rappeler de bien présenter leurs attentes, de définir des façons de communiquer (courriel?, téléphone?), etc.

Pour nous aider dans ce travail d’accompagnement, nous avons préparé un guide pour les élèves et un guide pour les tuteurs et les tutrices.

Le rôle de l’enseignant ou de l’enseignante est aussi de vérifier les projets et les tâches proposées par les milieux de travail. Il faut s’assurer que ces tâches correspondent à la compétence ciblée par le cours et s’inscrivent de façon cohérente dans le cheminement de l’étudiant. Les tâches ne doivent pas être trop difficiles pour les élèves, qui sont encore en apprentissage. Mais elles ne doivent pas non plus être trop faciles et ne nécessiter que des compétences que l’élève maîtrise déjà, sans quoi l’élève n’apprendra rien de nouveau.

Nous avons développé un outil que nous appelons Profil évolutif de la compétence. C’est une grille qui détaille les compétences de nos élèves au cours des différentes sessions du programme. Le document détaille:

  • les notions avec lesquelles les étudiants se familiarisent
  • les apprentissages qu’ils sont en train de consolider
  • les compétences qu’ils maîtrisent

Ainsi, un milieu qui reçoit, par exemple, un élève de 4e session est capable de savoir quelles sont les compétences qu’il maîtrise et de choisir adéquatement les tâches qu’il va lui attribuer pour consolider les compétences que l’étudiant vient développer durant son projet AMT. Cela facilite notre travail et nous aide à nous assurer de la satisfaction de toutes les parties!

Rôle de l’enseignant dans le cours Projet en milieu municipal et communautaire

Dans le cours Projet en milieu municipal et communautaire, mes élèves doivent passer 50 heures en milieu de travail. Je dois me rendre dans leur milieu pour les accompagner, commenter leur travail et les aider à accomplir leurs tâches. Il ne s’agit pas seulement de supervision comme dans le cas de stagiaires; je dois véritablement faire de l’enseignement auprès des élèves pendant qu’ils et elles sont en milieu de travail.
Les 3 premières semaines de cours de la session se déroulent en classe. Je donne alors des informations de base aux étudiants:

  • Comment fonctionne une municipalité?
  • Qui sont les acteurs importants et quels sont les rôles de chacun?
  • Quelles sont les politiques importantes à connaître?
  • Quelles sont les clientèles?

Je fais la même chose au sujet des notions relatives aux milieux associatifs.

Ensuite, les étudiants et étudiantes démarrent leur projet en milieu de travail. J’ai des rencontres hebdomadaires avec chaque équipe au collège et j’effectue en plus des visites dans les milieux de travail. Par exemple, 1 équipe a organisé le Défi ski Leucan à la station de ski Vallée du Parc. La veille de l’événement, je suis allé sur place avec l’équipe pour régler les derniers détails et pour m’assurer que tout soit prêt.

Mon travail dans ce cours est très différent de celui d’un professeur qui donne des cours magistraux! Je dois intégrer mon enseignement au projet qui a été assigné à chaque équipe. J’agis comme un conseiller, un mentor.

En Gestion hôtelière: AMT rémunéré

Dans les programmes de Gestion et intervention en loisir et de Tourisme, les étudiants ne sont pas rémunérés lors de leurs passages dans les milieux de travail. Par contre, en Gestion hôtelière, les heures que les élèves passent en milieu de travail dans 6 des cours du programme sont rémunérées (1 cours par session).

En Gestion hôtelière, quand nous avons voulu amorcer le projet pilote en 2020, la pandémie est arrivée et a eu un impact très négatif sur les activités d’hôtellerie. En conséquence, les inscriptions dans le programme ont beaucoup baissé pour 2021-2022 et le programme n’a malheureusement pas été ouvert cette année-là. Nous en avons profité pour complètement repenser le programme en incluant de l’AMT rémunéré, pour augmenter l’attractivité du programme. Nos efforts ont porté fruit et le programme sera ouvert en 2022-2023.

Nous avons déjà signé 19 partenariats avec des hôteliers.

AMT rémunéré en 1re session: le cours Techniques d’accueil et de réservation

Pour les étudiants de 1re session, l’AMT rémunéré a lieu dans le cours Techniques d’accueil et de réservation. C’est un cours de 135 heures. Les 6 premières et les 3 dernières semaines (soit 45 heures) se déroulent en classe avec le personnel enseignant. Entre les deux, les étudiants et étudiantes vont passer 6 semaines en milieu de travail, à raison de 2 jours par semaine (15 heures/semaine, pour un total de 90 heures).
Nous avons monté les cahiers destinés aux personnes tutrices. Ainsi, elles savent quelles tâches montrer et faire faire aux élèves:

  • présenter les services de l’hôtel
  • prendre une réservation
  • répondre à une plainte
  • etc.

Pour leur part, les étudiants doivent tenir un journal de bord. Dans ce journal, ils doivent commenter leurs apprentissages et s’autoévaluer. Ils doivent également répondre à des commandes spécifiques de leur enseignant ou de leur enseignante (décrire les services de l’hôtel, par exemple).

Les enseignants et enseignantes vont visiter les élèves dans le milieu de travail. Ils et elles vont pouvoir faire semblant d’être clientes pour donner des rétroactions aux élèves sur les services reçus (en direct ou lors d’une rencontre prévue subséquemment).

À la fin de l’expérience, l’évaluation finale des élèves sera faite avec un client-mystère.

Il y a des programmes de subvention qui peuvent permettre aux hôteliers de payer une partie du salaire des élèves en AMT. Reste qu’étant donné la pénurie de main-d’œuvre très importante dans le milieu hôtelier, les entreprises sont heureuses d’avoir l’occasion de se faire connaître par de futurs employés. Les hôteliers comprennent que les élèves sont encore en apprentissage et qu’il est essentiel qu’ils suivent le cursus scolaire que nous dictons.

Impacts sur la tâche des enseignants et des enseignantes

L’AMT a transformé mon travail.

Il faut être conscient que l’AMT demande plus de temps qu’un enseignement traditionnel avec un cours magistral répété d’année en année. Au départ, il faut créer des contacts avec des employeurs et définir des projets pour les élèves. Puis, il faut se déplacer pour aller enseigner aux élèves dans différents milieux.

D’un autre côté, je trouve cela très enrichissant pour ma pratique enseignante. Ça demande un engagement complètement différent, mais c’est très motivant. D’une part, c’est très dynamique: les semaines (et les sessions) ne sont jamais pareilles. D’autre part, ça permet d’avoir les 2 pieds ancrés dans la réalité du milieu pour lequel on forme de futurs techniciens. Plusieurs enseignants ont commencé à enseigner après avoir travaillé dans leur domaine technique pendant de nombreuses années, mais, avec le temps, la réalité du milieu peut changer. L’AMT permet de ne pas perdre de vue les besoins du marché du travail. Pour un enseignant, c’est presque comme avoir de la formation continue! Ne serait-ce que pour cela, je trouve que ça vaut la peine de m’investir dans mon travail!

L’AMT: un concept modulable

Certains professeurs peuvent être un peu réfractaires à transformer leurs pratiques pédagogiques pour miser sur l’AMT. Toutefois, l’AMT est modulable pour s’adapter aux besoins des enseignants et à leurs cours.

Dans nos 3 programmes, l’AMT est implanté de façon approfondie dans certains cours (comme Techniques d’accueil et de réservation et Projet en milieu municipal ou communautaire), ce qui demande un engagement profond des enseignants. Mais, dans d’autres cours, cela demande un engagement beaucoup plus léger de leur part.

Par exemple, dans le cours Carrière et emploi en Gestion et intervention en loisir, l’enseignant ou l’enseignante faisait traditionnellement venir des conférenciers et des conférencières en classe. La mise en œuvre de l’AMT dans ce cours a été simple. Plutôt que de faire venir les personnes-ressources en classe, on se déplace en groupe dans leur milieu de travail pour les rencontrer et visiter les lieux. C’est une expérience plus marquante et plus enrichissante, pour les élèves.

Impact sur les étudiants et les étudiantes

Avec la pandémie, certains élèves ont vécu l’AMT pendant 1 an et demi et ont terminé à distance, avec moins d’AMT. Dans le questionnaire d’évaluation de fin de programme qu’ils ont complété, ils ont écrit qu’ils se sentaient moins sûrs d’eux que s’ils avaient vécu toute l’expérience d’AMT prévue, parce que l’AMT leur donnait confiance en leurs capacités et les formait efficacement.

Les étudiants qui ont vécu l’AMT sont également beaucoup plus à l’aise lors d’entrevues d’embauche: ils peuvent aisément faire référence à des expériences concrètes vécues en milieu de travail.

Chaque année, quelques-uns de nos finissants et finissantes sont engagés directement par les milieux dans lesquels ils ont fait de l’AMT. D’autres élèves de 1re ou de 2e année peuvent décrocher un emploi d’été ou un emploi à temps partiel dans l’un des milieux qu’ils ont découvert lors de l’AMT. Pour les élèves, c’est motivant et payant! Par contre, aucun étudiant n’a jamais abandonné ses études pour aller travailler dans le domaine sans diplôme. Nous œuvrons dans des milieux qui prônent la formation; nos employeurs-partenaires veulent des employés formés et diplômés!

En résumé: nos étudiants et nos étudiantes adorent l’AMT… et moi aussi!

Pour en savoir plus: des communiqués et des articles de journaux sur l’AMT au Collège Laflèche

L’apprentissage en milieu de travail connaît un franc succès, Hebdo journal, 26 avril 2022

Apprentissage en milieu de travail: des ententes conclues avec plusieurs hôteliers de la région, Hebdo journal, 9 février 2022

Apprentissage en milieu de travail: Des retombées positives pour les futurs diplômés, Collège Laflèche, 27 novembre 2020

Une 4e année pour l’apprentissage en milieu de travail – Techniques de Gestion et intervention en loisir, Collège Laflèche, 27 avril 2022

À propos de l'auteur

David Gélinas

David Gélinas est professeur en Gestion et intervention en loisir au Collège Laflèche depuis 2012. Il y agit également comme chargé de projet sur l’apprentissage en milieu de travail pour les programmes de Gestion et intervention en loisir, Gestion hôtelière ainsi que de Tourisme. La gestion de projets caractérise ses champs d’expertise. Il possède plus de 20 ans d’expérience comme technicien en loisir et a une expérience significative auprès de clientèles variées.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires