Fermer×
29 novembre 2021

Miser sur la technologie pour soutenir l’apprentissage de la littératie au collégial

Même au collégial, l’enseignement de la littératie est important. Dans cet article, je vous propose des idées simples pour participer au développement des habiletés de vos étudiants, quelle que soit la discipline que vous enseignez.

Pour mieux comprendre le concept de littératie, on pourrait se baser sur cette définition proposée par le Laboratoire de soutien en enseignement des littératies du Cégep Gérald-Godin : « il existe des compétences en littératie. Celles-ci se définissent comme une capacité à utiliser le langage dans une société de l’écrit afin d’apprendre, de communiquer et de traiter l’information de manière efficace et responsable. Ces compétences permettent de fonctionner et d’assurer son développement en société de manière autonome.»

L’enseignement de la littératie passe par le développement d’habiletés dans 3 domaines:

  • la communication orale
  • la lecture
  • l’écriture

Il y a de nombreux avantages à intégrer les technologies à l’enseignement. Les technologies auraient un impact positif sur la motivation de l’élève et procureraient un plaisir d’apprendre étant donné que nous enseignons à une génération qui connaît bien ces outils. Ces technologies occupent également une place importante dans le monde de l’emploi. Il est important de présenter à nos élèves de quelles façons elles pourraient être intégrées à différents domaines de l’apprentissage.

Selon moi, les 5 fonctions principales des technologies en ce qui concerne l’apprentissage des compétences en littératie se déclinent comme suit:

  • la recherche d’information
  • la communication
  • la collaboration
  • la production
  • la publication

La recherche d’information

Rechercher efficacement signifie rechercher en exploitant des stratégies pour trouver des informations fiables et pertinentes. Il s’agit ici de pouvoir accompagner les élèves dans leur démarche de recherche d’informations pour s’assurer que ceux-ci ont bien planifié leur recherche en vérifiant le type de contenu et en validant leurs diverses sources. C’est de là que l’enseignement de la littératie critique tire toute son importance.

Être critique, c’est remettre en question ce que l’on entend et lit, et évaluer la précision des textes. C’est également évaluer les décisions politiques en fonction de leurs répercussions sur la population et l’environnement.

Fountas et Pinnell, 2001, p.368 

La 1re chose à faire est de déterminer le type d’information que l’on recherche. Il peut s’agir, par exemple:

  • de trouver des articles informatifs ou des vidéos explicatives
  • de trouver des faits qui retracent l’évolution d’un phénomène afin de construire une ligne de temps
  • etc.

Lorsqu’avec vos élèves vous aurez déterminé le type d’information, identifiez les mots-clés à exploiter durant la recherche. Une des façons de déterminer les mots-clés consiste à effectuer un remue-méninges en inscrivant les différents mots proposés et en sélectionnant les plus récurrents.

Un outil facile à exploiter pour le remue-méninges est l’application Word Cloud for Docs. Cette application permet aux élèves, après avoir communiqué leurs idées à l’enseignant qui les inscrit dans un document Google, de voir les mots qui ressortent le plus.

Nuage de mots créé avec Word Cloud for Docs

Nuage de mots créé avec Word Cloud for Docs

En ce qui concerne l’organisation des informations qui vont être recueillies, plusieurs outils peuvent être utilisés. Citons en premier lieu Padlet. Padlet est un mur virtuel collaboratif qui vous permettra d’afficher toutes les informations des élèves au même endroit. En fonction des informations recueillies, les élèves pourront effectuer un tri ou encore les organiser par thème.

Exemple de commentaire publié sur un mur virtuel dans Padlet

Exemple de commentaire publié sur un mur virtuel dans Padlet

Ayant déterminé le type d’information que nous recherchons et identifié les mots-clés, il faudra vérifier le type de contenu.

Il existe différents types de contenus sur internet, mais tous ne sont pas pertinents, ni appropriés pour les élèves. C’est à ce niveau que le jugement de l’enseignant entre en jeu et c’est dans cette optique qu’il sensibilise les élèves à vérifier le type de contenu.

Les contenus que les élèves manipuleront peuvent provenir:

  • de sources externes:
    • moteur de recherche Google
    • article de journal
    • site internet d’un musée
    • etc.
  • de sources internes:
    • entrevue avec des pairs ou des parents
    • informations transmises par le cégep à propos d’un événement
    • etc.

Avec les sources internes, le niveau de vérification de contenu est réduit parce que les élèves sont dans un environnement contrôlé.

Finalement, une étape importante à ne pas omettre c’est la validation de la source et le respect de la propriété intellectuelle. La source de l’information est-elle valide? Les images que les élèves ont choisies sont-elles libres de droits?

Pour découvrir quelques astuces pour favoriser l’intégrité intellectuelle chez vos élèves, Éductive vous propose son article «L’intégrité intellectuelle: ça s’apprend!».

L’extension Google Traduction permet d’avoir accès à un plus grand nombre d’informations dans la langue de notre choix. De plus, l’option de recherche vocale permet aux non scripteurs de pouvoir procéder à une recherche. L’extension Read and Write [en anglais], quant à elle, permet à l’élève d’écouter une lecture des paragraphes dans la page qui est générée.

Dans tous les cas, une planification efficace de l’étape de recherche permettra aux élèves de travailler des habiletés en lecture, en écriture et en communication orale.

La communication

La plupart des plateformes d’apprentissage virtuelles offrent des moyens de communiquer qui peuvent convenir à divers profils d’apprenants. Il peut s’agir:

  • de babillards électroniques où l’enseignante poste un message et donne l’opportunité aux élèves de faire des commentaires
  • du site internet de la salle de classe où les élèves présentent des photos annotées de leurs productions
  • d’un clavardage intégré à certaines formes d’apprentissage
  • de certaines plateformes de visioconférence comme Microsoft Teams

Les élèves peuvent aussi tirer profit des médias pour développer les habiletés en communication. Dans le cadre de la création d’un site web de classe par exemple, on a les étapes de création et l’approvisionnement régulier pour maintenir ce site à jour. Cela peut être la responsabilité partagée de l’enseignant et des élèves. Dans ce cas, les élèves, sachant que le travail est lu par plusieurs personnes, s’attardent beaucoup plus sur l’étape de révision de leur texte. Il peut aussi s’agir d’alimenter un blogue, un fil d’actualité de la classe sur Twitter ou un babillard électronique tel que Google Keep.

La collaboration

En ce qui concerne l’aspect de la collaboration, l’enseignant pourrait se poser la question suivante: comment s’assurer que les élèves bénéficient des stratégies gagnantes de leur pairs dans le processus d’apprentissage? Les outils de collaboration comme Office 365 fonctionnent bien. Microsoft Teams, par exemple, permet de regrouper les conversations, les devoirs, les documents de la classe, les rencontres en ligne, etc.

La production

La production proprement dite implique l’identification des formes qui seront utilisées pour recueillir les travaux des élèves, que ce soit en communication orale, en lecture ou en écriture.

Parlant de communication orale lorsque les élèves en arrivent au stade de la production, Flipgrid leur permet de poster des vidéos dans lesquelles ils présentent leurs productions, afin de recueillir des commentaires de l’enseignant ou des pairs.

L’un des formats utilisés pour recueillir les travaux peut être aussi le dessin annoté (par exemple avec Google Drawings, Padlet, Genially).

Il peut s’agir d’une carte muette qui est donnée aux élèves et que ceux-ci doivent compléter en allant chercher des informations. C’est à la fois une tâche d’écriture lorsque l’élève remplit la carte, mais aussi une tâche de lecture parce que cela implique de lire et de comprendre efficacement les informations qu’il sera allé chercher pour mieux compléter sa carte. Cette tâche peut aussi intégrer la communication orale, si vous demandez aux élèves d’employer Flipgrid pour présenter leur carte.

Un autre format peut-être l’enregistrement d’écran. En effet, l’enseignant peut demander aux élèves qui ont fait un travail de faire un enregistrement qui montre les étapes parcourues. Par exemple, Screencastify permet aux élèves d’enregistrer directement la vidéo obtenue dans leur Google Drive ou sur une chaîne YouTube. Screencastify génère aussi un lien instantanément afin que l’élève puisse partager sa vidéo immédiatement.

Un dernier format que je trouve intéressant est celui des enregistrements audios. L’application Notability facilite l’intégration des enregistrements à un document. De la même façon, les documents Google permettent d’enregistrer directement des vidéos à partir d’une option de narration qui est intégrée à l’application.

La publication

De nombreux outils servent à accompagner l’élève lors de la publication de son travail. Par exemple, des outils de révision sont intégrés aux applications de traitement de texte en ligne tels que Google, avec le correcteur automatique, ou encore des logiciels indépendants comme Antidote.

Une question que l’enseignant pourrait se poser à cette étape est la suivante: comment valoriser les travaux de classe des élèves?

L’enseignant pourrait commencer par avoir une discussion avec les élèves afin de recueillir les avis sur les meilleurs formats de publication, par exemple pour un projet de classe. Voici quelques options:

  • Un portfolio numérique peut être créé avec PowerPoint, Keynote ou encore avec Google Drive (Google Slides).
  • Le site internet du cégep ou du cours
    • De nombreux cégeps alimentent leurs sites internet avec des productions d’élèves. C’est l’occasion de motiver vos élèves à améliorer leurs publications, car celles-ci seront lues par la communauté scolaire.
  • Un blogue de la classe se présente de façon chronologique avec les entrées les plus récentes au début du blogue. Ceci permet aux élèves de voir la chronologie dans leurs productions.
  • Twitter est aussi un bel outil pour publier des documents, images, vidéos, en les accompagnant de brefs commentaires.

Dans tous les cas, gardons à l’esprit que l’objectif est de permettre aux élèves de développer leurs compétences en littératie et que toutes ces applications ne sont que des moyens.

À propos de l'auteure

Alice Fomen

Alice Fomen est actuellement étudiante en quatrième année au programme de doctorat en technologie éducative à l’Université Laval. Titulaire d’un baccalauréat en éducation et d’une maîtrise en droits de l’homme, Alice a fondé en 2017 l’Alliance pour une Communauté Éducative Inclusive (ACEI), un organisme qui regroupe des enseignants issus de la minorité ethnoculturelle en Ontario. Elle exerce actuellement comme consultante en éducation et conceptrice pédagogique principale chez Seeva Éducation, une compagnie basée à Toronto, qu’elle a fondée en 2020.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires