Fermer×
11 mars 2022

Une collaboration intercollégiale pour préparer des ressources éducatives immersives pour le nouveau programme de Techniques de pharmacie

Pour créer du matériel pédagogique immersif (réalité virtuelle, vidéo 360) pour le nouveau programme de Techniques de pharmacie, des intervenants de plusieurs cégeps mettent leurs expertises en commun et partagent leurs productions. Voyez comment, ensemble, ils ont bonifié la formation des étudiants et étudiantes de tous les collèges impliqués dans ce projet.

Un nouveau programme; tout à construire

Le programme de Techniques de pharmacie est nouveau dans le réseau collégial québécois. 10 collèges ont obtenu l’autorisation de l’offrir à partir de l’automne 2021.

Dans ce programme, tout est à faire. Les enseignants et enseignantes sont nouveaux, les manuels n’existent pas… Un travail colossal a été entamé et continue d’être effectué par les équipes des établissements.

Mais un nouveau programme, c’est aussi une occasion de « partir du bon pied ». Julie McCann, alors conseillère pédagogique et répondante TIC du Cégep Limoilou, a vu dans l’implantation de ce programme l’occasion de concevoir du matériel pédagogique en réalité virtuelle. En effet, la réalité virtuelle est très intéressante pour faire vivre aux étudiants et aux étudiantes des situations qui sont inaccessibles habituellement en classe.

Réseautage intercollégial

Julie McCann était membre du groupe de travail sur les technologies immersives, au sein du Réseau des répondantes et répondants TIC (Réseau REPTIC). Lors d’une rencontre, elle a parlé de son projet de développer du matériel pour le programme de Techniques de pharmacie à Éric Cloutier, conseiller pédagogique au Cégep de Thetford et aussi membre du groupe. Le Cégep de Thetford est un autre établissement qui offre le nouveau programme. Éric et Julie étaient sur la même longueur d’onde. Ils ont convenu de partager le matériel qu’ils développeraient dans leur collège respectif, pour mettre leurs efforts en commun.

Puis, Éric a rencontré Étienne Boulanger et Martin Maltais, du Collège d’Alma, pour une autre raison. Au fil de la conversation, Éric a réalisé que le Collège d’Alma offrirait, lui aussi, le programme de Techniques de pharmacie… et qu’Étienne et Martin, passionnés de technologies immersives, avaient comme plan de proposer aux futurs enseignants de ce programme d’intégrer cette technologie à leur enseignement.

Ensemble et par l’entremise du Réseau REPTIC, ils ont rallié des intervenants d’autres collèges à leur groupe de partage.

Le groupe de partage sur l’utilisation des technologies immersives en Techniques de pharmacie est actuellement composé de:

  • Éric Cloutier, conseiller pédagogique et répondant TIC au Cégep de Thetford
  • Annie Bergeron, conseillère pédagogique et répondante TIC au Cégep Limoilou (Annie a pris la relève de Julie McCann), ainsi que Richard Bergeron et Mathieu Brisson, techniciens multimédias au Cégep Limoilou
  • Martin Maltais et Étienne Boulanger, enseignants-chercheurs au Collège d’Alma
  • Sébastien Hamel, conseiller pédagogique et répondant TIC au Cégep de Drummondville
  • Daniel Cardin, conseiller pédagogique et répondant TIC au Cégep de Baie-Comeau

Des intervenants d’autres collèges pourront se joindre au groupe dans le futur!

Éric Cloutier a partagé une 1re production réalisée à Thetford et utilisée avec la 1re cohorte d’étudiants à l’automne 2021.

Une vue du laboratoire de la pharmacie de l’hôpital de Thetford. (Capture d’écran de la simulation immersive développée avec le logiciel Uptale par le Cégep de Thetford.)

Une autre vue du laboratoire de la pharmacie de l’hôpital de Thetford. (Capture d’écran de la simulation immersive développée avec le logiciel Uptale par le Cégep de Thetford)

D’autres membres du groupe sont en train de finaliser leurs productions ou encore en train de planifier leur travail.

D’autres encore participent au groupe en sachant qu’ils ne pourront rien produire eux-mêmes pour le moment, mais souhaitent apprendre des discussions avec les autres membres. Ils partageront plus tard!

Les avantages de collaborer et de partager

Les avantages de partager ainsi des productions en réalité virtuelle ou en vidéo 360 sont nombreux.

Un plus grand nombre de simulations

Évidemment, le nombre de simulations auxquelles les étudiants auront accès est plus grand si les collèges mettent leurs productions en commun. Les étudiants (et les enseignants!) auront donc accès à davantage de matériel pédagogique (ce qui est particulièrement pertinent dans ce nouveau programme où tout est à bâtir).

Former aux réalités de partout au Québec

Les simulations filmées partout à travers le Québec permettront aux étudiants et étudiantes d’accéder à des milieux qui leur seraient autrement inaccessibles. Par exemple, grâce à la simulation réalisée par le Cégep Limoilou à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumonologie de Québec, les étudiants plus éloignés des grands centres pourront se familiariser avec la réalité du travail dans la pharmacie d’un établissement hospitalier hautement spécialisé.

Chaque cégep forme ses étudiants selon les besoins du Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) local. La formation se base sur les équipements locaux, avec des machines des mêmes marques que celles du CISSS local. Ça prépare très bien les étudiants au marché du travail de la région, mais c’est certain que des étudiants vont déménager un jour et être appelés à travailler ailleurs. Grâce aux simulations partagées, les étudiants seront plus confiants en arrivant dans un nouveau milieu.

-Éric Cloutier, conseiller pédagogique et répondant TIC au Cégep de Thetford

S’exposer à plusieurs approches de la réalité virtuelle

Les intervenants des différents établissements ont une approche distincte de l’utilisation des technologies immersives et de la production du matériel en réalité virtuelle ou en vidéo 360. Cela fait partie de la richesse du groupe. À terme, les membres du groupe et les enseignants du programme auront accès à du matériel non seulement plus abondant, mais aussi plus varié.

Si je demande à un enseignant quel est son livre préféré, il peut choisir parmi les centaines de livres qu’il connaît. Mais si je lui demande quelle est la façon de faire de la réalité virtuelle qu’il préfère, il risque d’avoir beaucoup plus de mal à répondre, parce qu’il ne connaît peut-être qu’une seule façon de faire de la réalité virtuelle…

Voir le matériel produit par les différents membres du groupe, ça nous donne des idées, ça nous pousse à remettre nos façons de faire en question. On peut identifier ce qu’on aime de chaque approche et demander conseil pour savoir comment reproduire ça.

-Éric Cloutier, conseiller pédagogique et répondant TIC au Cégep de Thetford

Une saine gestion des fonds publics

Pour les membres du groupe, le partage et la mise en commun des ressources relèvent tout simplement d’une pratique de base pour une saine gestion des fonds publics.

Au Collège d’Alma, Étienne et Martin ont réussi à obtenir quelques subventions pour développer du matériel pédagogique. Ils jugent que leurs productions appartiennent dès lors à l’ensemble de la communauté et qu’il va de soi qu’ils les partagent.

Ce qu’on fait, ça appartient à tout le monde. C’est fait avec l’argent public.

-Martin Maltais, enseignant-chercheur au Collège d’Alma

La mentalité du partage commence à se développer. Notre travail est un pas dans la bonne direction. Notre groupe pourrait en inspirer d’autres!

-Étienne Boulanger, enseignant-chercheur au Collège d’Alma

Partager des expertises

Par ailleurs, la richesse du groupe de partage ne vient pas seulement du matériel pédagogique développé.

Les membres se donnent des conseils techniques (matériel à acheter, paramètres à choisir lors d’un enregistrement, erreurs à éviter lors d’un tournage…).

Ils discutent aussi beaucoup de pédagogie. Comment s’assurer qu’une simulation réponde au besoin pédagogique ciblé? Quels sont les contextes où les technologies immersives ont réellement une valeur ajoutée sur le plan pédagogique?

Les technologies immersives sont utiles pour faire vivre aux étudiants des situations qui leur seraient inaccessibles autrement pendant leur formation. Par exemple, on peut confronter les étudiants à un patient mécontent de ne pas obtenir des médicaments pour une prescription qu’il n’a pas fait renouveler. Avec un casque de réalité virtuelle, l’étudiant a vraiment l’impression d’être avec le patient. Il ressent sa colère et doit lui-même gérer ses émotions.

Les futurs techniciens et techniciennes en pharmacie seront en 1re ligne pour l’accès aux soins de santé. La réalité virtuelle peut aider à les préparer à ce que cela implique.

De plus, le fait que le groupe soit composé à la fois de conseillers pédagogiques, d’enseignants et de techniciens contribue à sa richesse. Les expertises des différents membres se complètent!

Merci à tous les membres du groupe de travail, et en particulier à :

  • Éric Cloutier, conseiller pédagogique et répondant TIC au Cégep de Thetford
  • Annie Bergeron, conseillère pédagogique et répondante TIC au Cégep Limoilou
  • Richard Bergeron, technicien multimédia au Cégep Limoilou
  • Martin Maltais et Étienne Boulanger, enseignants-chercheurs au Collège d’Alma

qui ont généreusement pris le temps de discuter du projet avec nous pour la publication de cet article!

À propos des auteures

Marie-Christine Joseph

Marie-Christine Joseph est chargée de projet du Réseau des répondantes et répondants TIC (Réseau REPTIC), depuis février 2020. Auparavant, elle a occupé des fonctions de conseillère pédagogique pendant 9 ans, en plus d’avoir enseigné la littérature au collégial pendant quelques années.

Catherine Rhéaume

Catherine Rhéaume est éditrice et rédactrice pour Éductive (auparavant Profweb) depuis 2013. Elle est enseignante de physique au Cégep Limoilou. Elle est également auteure de différents cahiers d’apprentissage pour la physique et pour la science et la technologie au secondaire. Son travail pour Éductive l’amène tout naturellement à s’intéresser à la pédagogie numérique et à l’innovation pédagogique.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires