Fermer×
25 août 2022

Discussion sur l’apprentissage actif — Idées tirées d’un atelier du colloque de l’AQPC 2022

Vous voulez mettre vos élèves en action, mais manquez d’inspiration pour les activités à leur proposer? Voici quelques suggestions.

Le 8 juin 2022, Isabel Sauvé, enseignante en Technologie du génie civil au Collège Montmorency, a animé un atelier au colloque de l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC). Intitulée Discussion sur l’apprentissage actif, cette rencontre a entre autres été l’occasion pour les personnes participantes de partager leurs pratiques en lien avec l’apprentissage actif.

Pendant l’atelier, il a surtout été question d’activités relativement brèves, faciles à mettre en œuvre autant dans une classe d’apprentissage actif que dans une classe traditionnelle.

Je vous présente quelques idées énoncées pendant l’atelier, soit par Isabel Sauvé, soit par d’autres participants.

Graffiti collectif

Une question différente est écrite sur chacun des 7 ou 8 tableaux d’une classe d’apprentissage actif. Les élèves se placent en équipe de 3 ou 4 devant un tableau, répondent à la question, puis vont aux tableaux suivants pour enrichir les réponses données par les équipes qui les ont précédés.

Casse-tête d’expertise (puzzle d’experts)

Cette activité permet aux étudiants de devenir des experts d’une partie de la matière qu’ils expliquent ensuite aux autres.

La durée de l’activité est d’environ 1 heure, mais dépend de la complexité des tâches.

  1. Identifiez 4 ou 5 tâches que les élèves devront réaliser.
  2. Répartissez les élèves en équipes. Chaque élève doit faire partie de 2 équipes (qui se réuniront successivement). Il faut donc créer 2 séries d’équipes. Chaque série compte autant d’équipes qu’il y a de tâches à accomplir.
    Par exemple, imaginons qu’il y a 4 tâches à accomplir. Vous devrez donc créer les équipes A, B, C et D, ainsi que les équipes 1, 2, 3 et 4. Vous donnerez à chaque élève un carton portant une combinaison différente comprenant une lettre et un chiffre. (A1, A2, A3, A4, B1, B2, B3…) L’élève qui recevra le carton A1 sera d’abord dans l’équipe A, puis dans l’équipe 1.
  3. Les élèves se regroupent dans leur 1re équipe et effectuent la tâche assignée ensemble. Ils et elles deviennent les experts et expertes de cette tâche.
  4. Quand toutes les équipes ont terminé leur tâche, les élèves se regroupent dans leur 2e équipe. Ils et elles révisent toutes les tâches initiales. L’expert ou l’experte de chaque tâche explique les concepts et les notions aux autres. Ainsi, à terme, chaque élève sait comment réaliser toutes les tâches!
  5. Faites un retour sur l’activité en grand groupe pour répondre aux questions en suspens, s’il y a lieu, et pour vous assurer que les apprentissages essentiels ont été faits.

Cette activité, connue sous différents noms, est un classique de l’apprentissage actif.

Variante du casse-tête d’expertise

Une personne présente à l’atelier a proposé une variante de l’activité qui permet à l’enseignant de faire en sorte que tous les élèves aient accès aux mêmes explications de qualité pour chaque tâche:

  • On ne crée qu’une seule série d’équipes au lieu de 2. Ces équipes d’experts (équipes A, B, C et D, par exemple), après avoir analysé et effectué une tâche, présentent à tour de rôle les réponses de leur équipe au reste du groupe.

Cela permet à l’enseignant ou l’enseignante de faire des interventions au besoin, et fait en sorte que les élèves ne sont pas «pénalisés» s’ils sont dans une équipe dans laquelle l’expert censé leur présenter une tâche a moins bien travaillé ou moins bien compris.

Papiers découpés: tableau à reconstruire, étapes à ordonner…

Même avant d’être pleinement consciente de ce qu’était l’apprentissage actif, Isabel Sauvé aimait faire vivre de courtes «activités actives» à ses élèves.

Par exemple:

  • Elle remettait des cartons portant chacun la description d’une étape d’un processus et demandait à ses étudiants de remettre les étapes dans l’ordre en équipe.
  • Elle découpait les différentes cases d’un tableau synthèse et demandait aux élèves de le reconstruire. (Alternativement, elle leur donne parfois le gabarit vide d’un tableau synthèse qu’ils et elles doivent compléter en faisant des recherches dans leurs notes de cours.)
  • etc.

Pendant la pandémie, Isabel Sauvé a commencé à utiliser H5P dans Moodle. À distance (ou en dehors des heures de classe), le gabarit « Drag and drop », disponible dans H5P, peut remplacer les activités de mise en ordre de cartons.

Construction d’une ligne du temps

Isabel Sauvé a mentionné l’activité de création d’une ligne du temps mise en place par un enseignant de son collège, Pierre Mondor, qui l’a présentée dans Éductive. Isabel s’est approprié cette activité en l’appliquant à des notions de son cours: créer une ligne du temps sur l’historique de l’hydraulique urbaine.

Un jeu pour réviser

Un participant de l’atelier a expliqué les règles d’un jeu qu’il organise avec ses élèves:

  • Les élèves se placent en 2 rangées (2 équipes). Chaque personne a en main 2 cubes de couleur: 1 pour faire un «appel à tous» et 1 « ricochet ».
  • Posez une question à un élève. Il ou elle peut répondre, utiliser son ricochet pour diriger la question vers son vis-à-vis de l’autre rangée ou faire un appel à tous pour obtenir la bonne réponse. (L’élève qui utilise un ricochet ou un appel à tous doit vous remettre le cube correspondant. Une personne ne peut donc utiliser chaque cube qu’une seule fois.)
  • Si la personne répond correctement à la question, elle reste dans le jeu. Autrement, elle est éliminée.
  • Si une personne éliminée répond correctement lors d’un appel à tous, elle réintègre le jeu.

L’enseignant qui a présenté l’activité disait l’utiliser avec des questions rapides pour réviser des notions déjà vues en classe.

Quiz express

Kahoot [en anglais] et Wooclap peuvent servir à poser des questions de révision rapides aux élèves.

Kahoot est parfait pour les questions simples à choix multiples.

Wooclap permet de poser des questions de formats variés. Isabel Sauvé utilise entre autres le gabarit «Trouver sur l’image»: elle présente une photo aux étudiants et ceux-ci doivent cliquer sur la conduite d’égout pluvial.

Faire bouger les élèves

Les outils numériques ne sont pas nécessaires pour poser des questions à choix multiples (même s’ils nous simplifient souvent la vie!).

Une participante à l’atelier a expliqué poser des questions à 4 choix de réponses à ses élèves et leur demander de se déplacer dans un coin de la classe selon leur réponse (A, B, C ou D). L’enseignante qui témoignait disait aimer faire bouger les élèves, mais admettait que les déplacements prennent plus de temps qu’un vote à main levée ou qu’un vote électronique.

Variante

L’enseignante qui utilise les 4 coins de sa classe pour faire « voter » les élèves a également présenté une variante à son activité.

On pose une question de type « vrai ou faux » aux élèves et on leur demande de former 2 lignes, face à face, en fonction de la réponse qu’ils ont donnée. Les élèves des 2 lignes doivent ensuite débattre ensemble pour trouver la réelle bonne réponse.

Enseignement entre pairs

La variante de débat entre les élèves des clans « vrai » et « faux » rappelle un peu l’enseignement entre pairs. Cette stratégie d’apprentissage actif a été présentée par Isabel Sauvé pendant l’atelier:

  1. Posez une question à choix multiples aux élèves. Cette question doit nécessiter une réflexion, une analyse.
  2. Tous les élèves répondent individuellement à la question. Vous pouvez, par exemple, utiliser des télévoteurs, Wooclap, Mentimeter ou tout autre outil numérique, ou  simplement les faire voter à main levée avec des cartons de couleur. La distribution des résultats est dévoilée (combien de personnes ont choisi chaque réponse possible), mais la bonne réponse n’est pas révélée.
  3. Les élèves se placent en équipes (ou discutent entre voisins). Ils et elles s’expliquent leur raisonnement respectif.
  4. Chaque personne répond une 2e fois à la question. Elle peut répéter sa réponse initiale ou la modifier à la suite de la discussion avec ses pairs. Normalement, si la question était bien posée et avait le bon niveau de difficulté, on constate une plus grande proportion de bonnes réponses à la fin.

Cette stratégie pédagogique a depuis longtemps fait sa place dans les classes du collégial. Luc Tremblay, enseignant de physique au Collège Mérici, a publié un récit sur son utilisation de cette stratégie en 2009. Meghan Springs, enseignante d’histoire de l’art au Collège Marianopolis, a fait de même en 2010. La communauté SALTISE a même développé la plateforme myDALITE, qui permet de mettre en œuvre l’enseignement par les pairs de façon asynchrone en dehors des heures de cours. L’utilisation de myDALITE est gratuite.

Les 1001 formes de l’apprentissage actif

Je ne vous ai présenté dans cet article que quelques-unes des activités qui ont été proposées par Isabel Sauvé ou les participants de l’atelier. Vous pouvez lire une liste plus complète dans le diaporama annoté qu’Isabel Sauvé a déposé sur EDUQ.info.

La discussion a vraiment permis de faire briller le fait que l’apprentissage actif peut prendre une multitude de formes et s’adapter aux besoins, aux préférences et aux habiletés de chaque enseignant ou enseignante. Des échanges très stimulants et inspirants!

Si vous êtes tentés de vous lancer en apprentissage actif, voici un conseil formulé lors de l’atelier: faites toujours un retour en grand groupe sur les apprentissages que les élèves ont réalisés lors d’activités d’apprentissage actif. Sans cela, certains élèves ont parfois l’impression « d’avoir rien appris ». Un bref retour après chaque activité peut rassurer les élèves et leur faire prendre conscience de la valeur des activités qu’ils réalisent ensemble!

Avez-vous vous aussi des suggestions d’activités d’apprentissage actif à partager? Faites-le dans la zone de commentaires!

À propos de l'auteure

Catherine Rhéaume

Catherine Rhéaume est éditrice et rédactrice pour Éductive (auparavant Profweb) depuis 2013. Elle est enseignante de physique au Cégep Limoilou. Elle est également auteure de différents cahiers d’apprentissage pour la physique et pour la science et la technologie au secondaire. Son travail pour Éductive l’amène tout naturellement à s’intéresser à la pédagogie numérique et à l’innovation pédagogique.

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Djilali Hassene Daouadji
Djilali Hassene Daouadji
26 août 2022 3h30

Publications intéressantes notamment pour la pédagogie de l’apprentissage actif