Fermer×
Table des matières

Modèles pour intégrer le numérique à l’évaluation des apprentissages

Dans cette fiche, nous abordons les 3 principaux modèles théoriques d’intégration du numérique à l’enseignement:

  • le modèle TPaCK, qui distingue 7 types de connaissances mobilisables lorsque vous utilisez les technologies numériques pour enseigner et évaluer les apprentissages
  • le modèle RAT, qui présente différents niveaux d’intégration des outils technologiques et de leur usage
  • le modèle PIC-RAT, qui tient compte à la fois des 3 niveaux du modèle RAT et des 3 niveaux de relation de l’élève avec les technologies

Mise en contexte

L’intégration du numérique à l’évaluation des apprentissages dans un programme en approche par compétences amène des changements au niveau des pratiques évaluatives. Lorsque vous pensez à un cours dans lequel vous avez intégré le numérique au fil du temps :

  • Qu’est-ce qui a changé? Qu’est-ce qui est similaire ou différent au sujet de l’évaluation des apprentissages?
  • Quelles sont les pratiques d’évaluation qui se sont transformées?
  • Concrètement, qu’est-ce que vous observez? Qu’est-ce qui change? Qu’est-ce qui ne change pas?
  • Quels sont vos repères pour expliquer les changements que vous observez ?

Dans le cadre d’une recherche menée au collégial, des modèles ont été adaptés et utilisés afin de comprendre l’Intégration du numérique à l’évaluation des apprentissages dans un programme en approche par compétences (Leroux, 2019, Leroux et Nolla, 2022)

Modèles d’intégration des technologies numériques

Un modèle d’intégration des technologies numériques permet d’analyser, de comprendre et d’interpréter les évolutions possibles et la nature des transformations que le numérique entrainent dans vos pratiques évaluatives.

Se référer à un modèle comme les modèles TPaCK, RAT et PIC-RAT permet de comprendre le sens (le pourquoi) qui guide l’intégration des technologies numériques dans les pratiques évaluatives.

Qu’est-ce que le modèle TPaCK?

L’enseignement au collégial est une combinaison complexe:

  • de ce que les enseignants et enseignantes savent sur le contenu qu’ils et elles enseignent dans le cadre du cours (CK)
  • de la manière dont les enseignants et enseignantes décident d’enseigner et d’évaluer les apprentissages (PK)
  • des outils technologiques que les enseignants et enseignantes utilisent pour soutenir les activités d’apprentissage et d’évaluation (TK)

Le résultat est une combinaison de connaissances au niveau

  • du domaine ou du programme d’études (Contenu),
  • de l’enseignement et de l’évaluation des apprentissages (Pédagogie)
  • des technologies numériques (Technologie)

Dans le cadre d’un cours, chaque enseignant et chaque enseignante tient compte de façon stratégique et simultanée de ses connaissances en matière de contenu, de pédagogie et de technologie.

Schéma traduit du modèle Technological Pedagogical and Content Knowledge (TPaCK) reproduit avec l’autorisation de l’éditeur (© 2012 par tpack.org)

Le modèle TPaCK (Mishra, P. et Koehler, M.J., 2006) présenté par Roblyer et Hughes (2019) permet de distinguer 7 types de connaissances mobilisables par l’enseignant ou l’enseignante lorsqu’il ou elle utilise les technologies numériques pour enseigner et évaluer les apprentissages dans le cadre d’un cours ou d’un programme.

  • La connaissance du contenu (CK) est la connaissance des concepts (ou principes, processus, etc.) de la matière enseignée.
  • La connaissance pédagogique (PK) est la connaissance sur les processus, les pratiques ou les méthodes d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation des apprentissages au collégial
  • La connaissance technologique (TK) est la connaissance et l’utilisation des outils numériques
  • La connaissance du contenu pédagogique (PCK) est la connaissance des manières d’enseigner et de présenter le contenu et d’évaluer des apprentissages
  • La connaissance technopédagogique (TPK) est la connaissance de la manière d’utiliser les technologies pour soutenir les activités d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation des apprentissages
  • La connaissance du contenu technologique (TCK) est la connaissance des technologies numériques spécifiques au contenu (matériel, logiciels, etc.) et des représentations du contenu (animations, simulation, etc.)
  • La connaissance technodidacticopédagogiques (TPACK) est la connaissance, la prise de décision et la conception des activités d’enseignement et d’apprentissage liées au contenu d’un cours et/ou l’utilisation de stratégies d’évaluation des apprentissages avec les technologies numériques.
    Par exemple, dans un cours offert en mode hybride, une enseignante peut proposer une activité de laboratoire dans le cadre de laquelle les élèves, en équipes de 3, étudient la vitesse et l’accélération en construisant une rampe. Les élèves recueillent des données sur la vitesse et l’accélération d’un objet qui glisse sur la rampe à l’aide de détecteurs de mouvement. Les élèves captent l’expérimentation en vidéo, puis représentent graphiquement les données obtenues à l’aide d’un tableur. Ils et elles rédigent une interprétation de la relation entre la vitesse et l’accélération. Les élèves procèdent ensuite à l’autoévaluation de l’expérimentation (avec grille d’autoévaluation sur Teams). Finalement, les élèves présentent leur vidéo et leurs résultats à l’enseignante lors d’une présentation en mode synchrone sur Teams.

 

Qu’est-ce que le modèle RAT ?

Le modèle d’intégration des technologies RAT développé par Hughes (2000, 2005) a été retenu puisqu’il s’appuie sur une recension des écrits au sujet de la transformation des pratiques enseignantes avec les technologies numériques. Ce modèle a été validé par des données empiriques.

Ce modèle est utilisé dans les écrits de Roblyer et Hughes (2019) afin de présenter différents niveaux d’intégration des outils technologiques et de leur usage.

Le développement du modèle RAT s’appuie sur le modèle du TPaCK de Mishra et Koehler (2006). Le modèle d’intégration des technologies numériques RAT présente une taxonomie se déclinant en 3 catégories distinctes.

Le modèle d’intégration des technologies numériques RAT, adapté de Hughes (2000, 2005) (traduction libre)

Le modèle RAT ressort les catégories d’intégration des technologies qui sont perceptibles à travers les dimensions qui permettent d’examiner les aspects des activités d’apprentissage et d’évaluation dans laquelle l’utilisation des technologies est intégrée:

  1. les méthodes d’enseignement qui comprennent l’évaluation des apprentissages
  2. les processus d’apprentissage des élèves
  3. les objectifs du programme/contenu qui font référence aux compétences dans le cadre d’un cours ou d’un programme

Le tableau 1 présente les 3 dimensions et les principaux thèmes qui contribuent à l’analyse de vos usages technologiques.

Dimensions pour guider l’analyse de l’utilisation des technologies (adapté de Hughes, 2000) 

Méthodes d’enseignement et d’évaluation Processus d’apprentissage de l’élève Objectifs du programme /contenu
Rôle de l’enseignant ou de l’enseignante Activités ou les tâches d’apprentissage Connaissances à acquérir, acquises ou à appliquer
Compétences à développer
Interaction avec les élèves Processus de réflexion – processus cognitif Expériences à acquérir, acquises ou à exploiter
Évaluation des apprentissages Modalités de réalisation d’une tâche:

  • individuellement
  • petit groupe
  • tout le groupe
  • etc.
Développement professionnel Motivation de l’élève
Planification de l’enseignement Attitude de l’élève
Tâches administratives relatives à l’enseignement

Remplacer

  • La catégorie Remplacer (replacement) implique un usage des technologies pour substituer sans modifier les pratiques pédagogiques établies, les processus d’apprentissage des élèves ou les objectifs de contenu.
  • La technologie est un moyen différent pour :
    • répliquer, transposer les pratiques pédagogiques établies, incluant les pratiques évaluatives.
    • reproduire ou répéter les mêmes pratiques en lien avec les objectifs d’apprentissage du cours.
  • Il n’y a aucune modification des pratiques évaluatives et de la participation de l’élève.
  • La valeur ajoutée de la technologie est quasi nulle dans ce type d’utilisation.
  • Votre rôle reste le même tout au long les processus d’enseignement et d’apprentissage.
  • La motivation des étudiants et des étudiantes ne connait aucune amélioration.
  • On n’observe aucun gain (ou un gain minime) en termes d’économie de temps (par exemple, avec la correction automatisée).

Exemple de remplacement: Un examen est administré en ligne sur la plateforme Moodle avec les mêmes types de questions que l’examen administré en salle de classe (papier et crayon).

Amplifier

La catégorie Amplifier (amplification) met l’accent sur l’efficacité ou sur la rationalisation de l’utilisation de la technologie qui enrichit les pratiques pédagogiques et évaluatives existantes.

  • L’amplification correspond à un ajustement stratégique en vue de réaliser les mêmes objectifs tout en réduisant les efforts consentis.
  • Les technologies numériques sont utilisées pour améliorer les processus existants. Elles aident à mieux faire.
  • L’utilisation des technologies vous permet d’agir d’une manière optimale, soit pour gagner un peu de temps, soit pour améliorer le niveau d’engagement des élèves, sans que des changements substantiels soient observés au niveau des orientations de votre enseignement, des contenus et des objectifs du programme.

Exemple d’amplification: Des rétroactions audio et vidéo plus fréquentes sont formulées rapidement. Ces rétroactions offrent plus de détails.

Transformer

La catégorie Transformer (transformation) requiert une réorganisation de pratiques évaluatives formative ou sommative/certificative existante. Cette réorganisation implique que des changements importants soient pris en compte afin de proposer des pratiques nouvelles.

  • La transformation exige que l’intégration des technologies numériques ait un impact sur :
    • les méthodes pédagogiques
    • le processus d’apprentissage de l’élève
    • les contenus d’apprentissage
    • parfois, les objectifs de la formation

Exemple de transformation: La vidéo est utilisée lors d’une simulation afin que l’élève puisse se filmer et annoter sa performance. Sa production annotée sera utilisée afin de réaliser une autoévaluation à l’aide d’une grille d’évaluation critériée.

L’intégration du numérique à l’évaluation des apprentissages comporte des changements des pratiques dites de réplication, d’amplification et de transformation. Selon le contexte d’enseignement et d’apprentissage, la présentation détaillée des pratiques évaluatives d’une enseignante et d’un enseignant du collégial, Odile et Nicolas, montre que le processus de changement n’est pas linéaire. Il sera différent pour chaque enseignant en fonction de sa pratique initialement vécue dans le cadre d’un cours (Leroux et Nolla, 2022).

Des exemples de pratiques évaluatives d’Odile et de Nicolas sont présentés en prenant en compte les dimensions du cadre de référence de l’évaluation des apprentissages avec le numérique dans un programme en approche par compétences (Leroux, 2018) et le modèle RAT de Hughes (2000, 2005) (Leroux et Nolla, 2022).

Le tableau de l’intégration des technologies numériques vous permettra de consigner vos pratiques évaluatives afin d’analyser les niveaux de changements de vos pratiques (Remplacement, Amplification, Transformation) dans le cadre d’un cours.

Qu’est-ce que le modèle PIC-RAT ?

Le modèle PIC-RAT intègre le modèle RAT développé par Hughes et al. (2006), a été adapté par Kimmons et al. (2020). Le modèle PIC-RAT peut être utilisé comme point de départ pour s’interroger au sujet de l’intégration des technologies.

Un tableau à double entrée présente les 3 niveaux du modèle RAT (RAT: Remplacer, Amplifier, Transformer) et 3 niveaux de relation de l’élève avec les technologies PIC (PIC: Passif, Interactif, Créatif).

Traduction libre de la matrice PIC-RAT (schéma adapté de Kimmons, R., Graham, C.R., & West, R.E. (2020), licence CC-BY-NC)

Pour utiliser ce tableau à double entrée, vous pouvez vous poser les 2 questions suivantes:

  • Quel est l’effet de l’utilisation des technologies numériques sur mes pratiques évaluatives?
    • Remplacer
    • Amplifier
    • Transformer
  • Que fait mon élève avec les technologies?
    • Passif
    • Interactif
    • Créatif

L’intégration efficace des technologies numériques dans les pratiques enseignantes est nuancée et parfois difficile à déchiffrer. Le tableau à double entrée qui combine 2 modèles (PIC-RAT) vous aide à réfléchir à votre pratique. D’une manière générale, l’intégration efficace des technologies numériques se situe plutôt en haut à droite du tableau, tandis que de nombreuses pratiques d’évaluation se situe davantage en bas à gauche.

Voici quelques exemples :

Adaptation d’activités planifiées avec la matrice PIC-RAT (schéma adapté de Kimmons, R., Graham, C.R., & West, R.E. (2020), licence CC-BY-NC)

Quels sont les avantages et les limites du modèle PIC-RAT pour l’enseignant ou l’enseignante?

Quelques avantages:

  • Le modèle est facile à comprendre et utile pour conceptualiser les stratégies d’intégration des technologies numériques.
  • Le modèle est clair. Vous pouvez l’utiliser rapidement afin de situer ses pratiques
  • Les 2 questions et les 9 cellules sont relativement faciles à retenir, à comprendre et à appliquer dans n’importer quel cours.
  • Le modèle vous fournit un vocabulaire commun et utilisable pour parler de la nature de l’intégration.
  • Le modèle permet d’interroger les pratiques existantes. Il soutient la réflexion critique sur les pratiques d’évaluation des apprentissages et permet de questionner la cohérence entre les pratiques d’enseignement.
  • L’orientation du modèle met l’accent sur:
    • l’engagement des étudiants et des étudiantes dans leurs apprentissages (Actif/Créatif)
    • vos pratiques, quand vous utilisez les technologies pour engager vos élèves dans :
      • leurs apprentissages
      • l’évaluation de leurs apprentissages (autoévaluation)
      • l’évaluation des pairs (évaluation mutuelle et évaluation par les pairs)

Quelques limites:

  • Le modèle risque de simplifier à l’excès des aspects importants de l’intégration des technologies numériques à l’évaluation des apprentissages.
  • Le terme «créatif» peut porter à confusion. Dans le modèle, le terme «créatif» n’est pas synonyme d’artistique. Il réfère à l’usage des technologies comme outil générateur d’artefacts de connaissances ou de démonstration de la compétence par l’élève.
  • Le champ d’application de ce modèle est adapté pour la formation des enseignants et des enseignantes.
  • Dans un cours, les transformations avec les technologies peuvent être mineures. Ce modèle ne permet pas de situer l’ampleur des transformations (étendue dans les activités d’apprentissage et d’évaluation).
  • Le modèle est un guide qui ne peut garantir l’amélioration des apprentissages des étudiants et des étudiantes. Il permet de créer des situations dans lesquelles les apprentissages en profondeur sont privilégiés aux apprentissages en surface. Les technologies numériques peuvent être utilisées pour repenser des problèmes liés à l’enseignement et à l’évaluation des apprentissages.

Ressource complémentaire

 

Leroux, J. L., et Nolla, J.-M. (2022). L’intégration des technologies numériques à l’évaluation des apprentissages à distance en enseignement supérieur : quelles transformations des pratiques évaluatives? Médiations Et médiatisations, (9), 28-52.